Bangladesh : réouverture des usines textiles

Des ouvrières de l'industrie textile à Dacca le 16 avril 2012 [Munir Uz Zaman / AFP/Archives] Des ouvrières de l'industrie textile à Dacca le 16 avril 2012 [Munir Uz Zaman / AFP/Archives]

Des centaines d'usines textiles au Bangladesh ont rouvert vendredi après leur fermeture pour raison de sécurité à la suite de manifestations d'ouvriers liées à l'effondrement d'un immeuble abritant des ateliers qui a fait 1.127 morts.

L'Association bangladaise des fabricants et exportateurs de textile (BGMEA) avait annoncé lundi la fermeture d'usines travaillant notamment pour l'Américain Walmart, le Suédois H&M, l'Espagnol Inditex (Zara) ou le Français Carrefour au motif de "troubles" au sein de la main d'oeuvre.

Selon la police, les ouvriers avaient débrayé lundi dans 80% des usines de la zone industrielle d''Ashulia, près de Dacca, pour demander des hausses de salaires et réclamer l'exécution du propriétaire de l'immeuble qui s'est effondré le 24 avril près de Dacca.

Depuis ce drame, des manifestations d'ouvriers quasi quotidiennes ont empêché les usines de fonctionner normalement.

Des femmes prient le 14 mai 2013 lors d'un hommage aux victimes de l'effondrement de l'immeuble près de Dacca, qui a fait  près de 1200 morts [Munir Uz Zaman / AFP]
Photo
ci-dessus
Des femmes prient le 14 mai 2013 lors d'un hommage aux victimes de l'effondrement de l'immeuble près de Dacca, qui a fait près de 1200 morts
 

L'effondrement du Rana Plaza, un immeuble de neuf étages à Savar, dans la banlieue de Dacca, est la pire tragédie industrielle du pays. Le bâtiment abritait cinq ateliers de confection et employait plus de 3.500 ouvriers du textile parfois payés moins de 40 dollars par mois.

La BGMEA, qui représente les 4.500 usines textiles du pays, a décidé jeudi de relancer la production à Ashulia après avoir reçu auprès du gouvernement l'assurance que les usines bénéficieront de "la plus grande sécurité", selon l'un de ses responsables, Shahidullah Azim.

"Toutes les usines d'Ashulia ont rouvert aujourd'hui" a déclaré M. Azim.

"Il n'y a eu aucun signalement de manifestation ou de violence, même si seuls 60 à 70% de la main d'oeuvre normale sont dans les usines aujourd'hui car c'est vendredi", un jour non travaillé dans ce pays à majorité musulmane, a-t-il ajouté à l'AFP.

La police, qui a posté des véhicules blindés à Ashulia, n'a fait état d'aucune violence.

Le Bangladesh est le deuxième exportateur au monde de vêtements en raison de la modicité des salaires et d'une main-d'oeuvre abondante. Ce secteur-clé de l'économie représentait l'an dernier 80% des exportations du pays.

Vous aimerez aussi

Les casques sont désormais obligatoires sur les deux-roues à Dacca, au Bangladesh.
Asie Bangladesh : pas de casque, pas d'essence
Le Conseil de sécurité des Nations Unies se réunit pour discuter de la situation des Rohingyas en Birmanie, au siège de l'ONU, à New York, le 28 août 2018 [DOMINICK REUTER / AFP]
Rohingyas La Birmanie rejette le rapport de l'ONU accusant son armée de «génocide»
Des secours népalais rassemblés autour de la carcasse d'avion fumante, le 12 mars dernier.
Accident Népal : un crash d'avion provoqué par le comportement du pilote ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles