Crise syrienne : Ban Ki-Moon rencontre Poutine et Lavrov à Sotchi

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, le 9 avril 2013 à Rome [Alberto Pizzoli / AFP/Archives] Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, le 9 avril 2013 à Rome [Alberto Pizzoli / AFP/Archives]

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon doit s'entretenir vendredi en Russie avec le président Vladimir Poutine pour évoquer la crise syrienne, afin de tenter de mettre fin au conflit sanglant sur fond d'intense activité diplomatique.

Arrivé dans la résidence du président russe sur les bords de la mer Noire à Sotchi, M. Ban rencontre auparavant le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

La Russie est l'un des dernier soutiens du régime de Damas.

"Nous espérons que votre visite va permettre d'examiner en détails les questions qui sont le plus d'actualité pour les Nations Unies, et par conséquent pour la communauté internationale", a déclaré M. Lavrov au début des entretiens, selon l'agence Ria Novosti.

Ces rencontres interviennent sur fond d'intense activité diplomatique pour tenter de mettre fin au conflit qui a fait plus de 94.000 morts en Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), et qui a débordé des frontières avec l'afflux de réfugiés en particulier en Turquie.

Le président français, François Hollande, a estimé jeudi qu'il fallait convaincre Moscou que "son intérêt était d'en terminer avec Bachar al-Assad".

De leurs côtés, le président américain Barack Obama et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan ont de nouveau exigé jeudi, lors d'une rencontre à Washington, le départ du président syrien.

La veille, l'ONU avait condamné "l'escalade" des attaques menées par le régime de Damas dans le conflit syrien, une résolution non contraignante et à portée symbolique, à laquelle s'est opposée la Russie.

Le représentant russe à l'ONU, Alexandre Pankine, a affirmé que cette résolution était "partiale" et qu'elle allait compromettre les efforts américano-russes pour organiser une conférence internationale sur la Syrie, entrepris à l'issue d'une visite à Moscou la semaine dernière du secrétaire d'Etat américain John Kerry.

La Russie, qui continue de vendre des armes au régime de Damas en dépit des critiques des Occidentaux, honore des contrats "en totale conformité avec la législation internationale", a répété vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences russes.

Vous aimerez aussi

Des enfants qui ont fui leur domicile après des bombardements présumés du régime de Damas contre les provinces de Hama et Idleb, le 1er mai 2019 en Syrie [Aaref WATAD / AFP]
International Syrie : près de 140.000 déplacés par les combats dans le nord-ouest
Daesh Tout savoir sur Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de Daesh
Syrie : «l'homme en jaune» fait partie du patrimoine d'Alep
Insolite Syrie : «l'homme en jaune» fait partie du patrimoine d'Alep

Ailleurs sur le web

Derniers articles