Irak: perpétuité pour un soldat américain qui a assassiné cinq militaires

Vue prise en février 2012 de la base amércaine Camp Liberty en Irak [Ali al-Saadi / AFP/Archives] Vue prise en février 2012 de la base amércaine Camp Liberty en Irak [Ali al-Saadi / AFP/Archives]

Un soldat américain, reconnu coupable d'avoir tué cinq militaires américains en Irak en 2009, a été condamné jeudi à la prison à perpétuité.

Le sergent John Russell avait été reconnu coupable il y a trois jours du meurtre avec préméditation de ces cinq militaires dans une clinique pour les soldats souffrant de stress post-traumatique à Camp Liberty, la plus grande base américaine en Irak.

Russell, qui avait nié dans un premier temps, avait finalement admis les meurtres le mois dernier, dans le cadre d'un accord obtenu par ses avocats.

A l'époque, les cinq morts de Camp Liberty représentaient le bilan mensuel le plus meurtrier pour les forces américaines en Irak. La tuerie était en outre intervenue à un moment critique de l'occupation militaire du pays envahi en 2003.

Russell en était à son troisième déploiement en Irak et son unité se préparait à quitter le pays. En raison de l'état mental du soldat, son supérieur avait demandé, une semaine avant la fusillade, que son arme lui soit confisquée et qu'il bénéficie de soutien.

Après avoir plaidé coupable le mois dernier, Russell avait donné pour la première fois un compte-rendu des meurtres. Les victimes étaient trois soldats recevant des soins à la clinique et deux officiers médecins.

"Je l'ai juste fait parce que j'avais la rage, monsieur", a-t-il dit au juge militaire décrivant comment il était allé de chambre en chambre pour abattre les patients et leurs médecins.

À suivre aussi

Des manifestants irakiens brûlent des pneus à Bagdad le 4 octobre 2019  [AHMAD AL-RUBAYE / AFP]
Proche-Orient Contestation en Irak : 73 morts, plus de 3.000 blessés depuis mardi
Plusieurs manifestants sont morts pendant les premiers jours de manifestation.
Proche-Orient La répression contre les manifestants continue de faire des morts en Irak
Jacques Chirac et Dominique de Villepin, le 20 mars 2003, au lendemain du début de la guerre en Irak.
Disparition Quand Jacques Chirac disait «non» à la guerre en Irak en 2003

Ailleurs sur le web

Derniers articles