Mahasen : après le passage du cyclone, le Bangladesh soulagé d'avoir évité le pire

Un policier Bangladais patrouille le 16 mai 2013 le long d'une plage à Chittagong [Munir Uz Zaman / AFP] Un policier Bangladais patrouille le 16 mai 2013 le long d'une plage à Chittagong [Munir Uz Zaman / AFP]

Le Bangladesh se relevait vendredi du passage du cyclone Mahasen, qui a fait 14 morts et endommagé des milliers d'habitations le long des côtes, en s'estimant heureux que les dégâts ne soient pas plus importants.

Les autorités ont recensé à ce stade quatorze victimes du cyclone, qui a balayé les côtes avec des vents atteignant 100 km/h. Abaissé depuis au rang de dépression tropicale, il se dirigeait désormais vers l'Inde.

Le Bangladesh a aussi retrouvé les corps de 25 musulmans de la minorité apatride des Rohingyas partis de Birmanie et portés disparus après le naufrage de leur embarcation lundi alors qu'ils tentaient de fuir le cyclone annoncé.

Vingt d'entre eux étaient des enfants. Ils ont été retrouvés sur une plage près de la frontière.

Mais en Birmanie comme au Bangladesh, deux pays qui savent parfaitement ce que peut représenter la violence d'un cyclone, l'heure était plutôt au soulagement.

En novembre 2007, le cyclone Sidr avait fait 3.300 morts, 800 disparus et 8,7 millions de sinistrés au Bangladesh. Le cyclone Nargis, qui s'était abattu en 2008 sur le delta birman de l'Irrawaddy, avait fait 138.000 morts et disparus.

Une femme Rohingya et son enfant, le 16 mai 2013 à Sittwe, en Birmanie [Soe Than Win / AFP]
Photo
ci-dessus
Une femme Rohingya et son enfant, le 16 mai 2013 à Sittwe, en Birmanie
 

Le Premier ministre du Bangladesh, Mme Sheikh Hasina, a "exprimé sa gratitude au Tout-Puissant" au lendemain de Mahasen et demandé vendredi à la population de ce pays à majorité musulmane "d'adresser des prières de reconnaissance", a dit sa porte-parole, Abul Kalam Azad.

Un million d'habitants, dont la majorité dans la région de Chittagong et Cox's Bazaar, avaient été évacués des zones proches du niveau de la mer, par mesure de précaution. La plupart d'entre eux étaient rentrés vendredi.

Au moins 15.000 habitations ont toutefois été endommagées par le cyclone, a indiqué à l'AFP Sirajul Islam, un responsable du district de Noakhali, précisant que des villageois et des pêcheurs vivant sur l'estuaire du fleuve Meghna étaient les plus affectés.

"Nous évaluons en ce moment les dégâts. Nous avons envoyé nos responsables sur le terrain et nous aurons une vue complète de la situation d'ici la fin de la journée", a déclaré Nurum Amin, un responsable local.

En Birmanie, les médias gouvernementaux ont affirmé que 70.000 personnes avaient été évacuées de leurs camps et de villages dans l'Etat Rakhine, proche de la frontière.

Vous aimerez aussi

Les casques sont désormais obligatoires sur les deux-roues à Dacca, au Bangladesh.
Asie Bangladesh : pas de casque, pas d'essence
Le Conseil de sécurité des Nations Unies se réunit pour discuter de la situation des Rohingyas en Birmanie, au siège de l'ONU, à New York, le 28 août 2018 [DOMINICK REUTER / AFP]
Rohingyas La Birmanie rejette le rapport de l'ONU accusant son armée de «génocide»
Des secours népalais rassemblés autour de la carcasse d'avion fumante, le 12 mars dernier.
Accident Népal : un crash d'avion provoqué par le comportement du pilote ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles