Syrie : Obama et Erdogan exigent le départ d'Assad

Recep Tayyip Erdogan et Barack Obama lors d'une conférence de presse le 16 mai 2013 à la Maison Blanche à Washington [Mandel Ngan / AFP] Recep Tayyip Erdogan et Barack Obama lors d'une conférence de presse le 16 mai 2013 à la Maison Blanche à Washington [Mandel Ngan / AFP]

Le président américain Barack Obama et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan ont de nouveau exigé jeudi le départ du président syrien Bachar al-Assad, même si M. Obama a reconnu qu'il n'existait pas de "formule magique" pour mettre fin à la guerre en Syrie.

Le président américain a reçu avec tous les honneurs le dirigeant turc à la Maison Blanche, en pleine période d'intense activité diplomatique afin d'organiser une conférence internationale sur la Syrie à Genève en juin.

"Nous sommes tous les deux d'accord sur le fait qu'Assad doit partir", a martelé M. Obama lors d'une conférence de presse avec son hôte.

"Il faut qu'il transmette le pouvoir à une autorité de transition, c'est la seule façon dont nous allons résoudre cette crise (...) Le plus tôt sera le mieux", a-t-il insisté, s'engageant à "continuer à faire monter la pression sur le régime Assad et à coopérer avec l'opposition syrienne".

Saluant la "générosité extraordinaire" de l'allié turc qui accueille quelque 400.000 réfugiés syriens sur son sol, M. Obama a souligné qu'Ankara allait "jouer un rôle important au moment où nous réunissons des représentants du régime et de l'opposition dans les prochaines semaines".

Barack Obama, le 16 mai 2013 à la Maison blanche à Washington DC [Saul Loeb / AFP]
Photo
ci-dessus
Barack Obama, le 16 mai 2013 à la Maison blanche à Washington DC
 

Il faisait allusion au processus dit "de Genève", né en juin 2012 et relancé la semaine dernière à l'instigation de Washington et de Moscou, protecteur jusqu'ici indéfectible du régime Assad. Ce processus prévoit l'organisation d'une conférence internationale consacrée à une transition politique en Syrie.

Baptisée "Genève 2", cette réunion pourrait se tenir dans la ville suisse début juin.

Mais ni la Russie --qui a demandé que l'Iran et l'Arabie saoudite soient conviés à cette conférence-- ni la Syrie n'acceptent l'idée que M. Assad soit exclu d'une telle transition, ce qui est en revanche une condition préalable pour les rebelles.

De fait, a admis le président Obama, "il n'y a pas de formule magique face à une situation extraordinairement violente et compliquée comme celle de la Syrie".

Son homologue français François Hollande a, lui, plaidé pour "avoir avec la Russie cette discussion franche pour la convaincre que son intérêt, l'intérêt de la région, et l'intérêt de la paix, c'est d'en terminer avec Bachar al-Assad".

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, rencontre de son côté vendredi le président russe, Vladimir Poutine, dans sa résidence de Sotchi (sud), a indiqué jeudi le Kremlin.

"Situation sanglante"

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et Barack Obama, le 16 mai 2013 à Washington DC [Saul Loeb / AFP]
Photo
ci-dessus
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et Barack Obama, le 16 mai 2013 à Washington DC
 

Le conflit, qui a fait plus de 94.000 morts selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), a débordé des frontières, en particulier en Turquie visée samedi par un attentat meurtrier tout près de la frontière syrienne.

Ce double attentat à la voiture piégée à Reyhanli a fait 51 morts, selon M. Erdogan. Son gouvernement, qui a pris fait et cause pour la rébellion, a accusé un groupuscule marxiste turc à la solde du régime syrien et annoncé 13 arrestations. Damas a démenti toute implication.

Avant même cet attentat, M. Erdogan avait appelé Washington à adopter une ligne plus dure face au président Assad.

Et jeudi, aux côtés de Barack Obama, il a affirmé que "mettre fin à cette situation sanglante en Syrie et répondre aux demandes légitimes (des Syriens) en établissant un nouveau gouvernement sont deux volets sur lesquels nous sommes totalement en accord avec les Etats-Unis".

Pour en discuter et parler de "Genève 2", le groupe des "Amis de la Syrie", réunissant l'opposition syrienne et 11 pays qui la soutiennent, se retrouvera de nouveau à Amman le 22 mai.

Washington a également renforcé ses sanctions contre Damas en inscrivant quatre ministres sur sa liste noire et désigné comme "terroriste" le chef du groupe de rebelles jihadistes Al-Nosra.

Le conflit prend une dimension de plus en plus régionale.

Selon le New York Times de jeudi, Israël --où le chef de la CIA s'est rendu en visite surprise pour parler de la Syrie-- a mis en garde Damas contre la poursuite d'envois d'armes sophistiquées au mouvement chiite libanais Hezbollah, laissant entendre qu'il envisageait de nouveaux raids aériens pour empêcher ces transferts.

La veille, l'ONU avait condamné "l'escalade" des attaques menées par le régime syrien dans une résolution à portée symbolique adoptée par son Assemblée générale. La Russie, la Chine et l'Iran s'y sont opposés.

 
 

Et la coalition nationale de l'opposition syrienne, basée en Turquie, a fait état d'un nouveau massacre, affirmant que les forces de Damas avaient attaqué un village de la province de Homs, assassinant au moins 18 personnes.

Par ailleurs, des documents et des outils de tortures ont été découverts dans les locaux des services de sécurité de la ville de Raqa, montrant que des détenus y ont été torturés, a annoncé vendredi Human rights watch (HRW).

"Les documents, cellules, salles d'interrogatoire et outils de tortures que nous avons vus dans les locaux des services de sécurité du gouvernement correspondent aux tortures évoquées par d'anciens détenus depuis le début du soulèvement en Syrie", a déclaré Nadim Houry, un responsable de HRW.

La ville de Raqa, dans le nord de la Syrie, est devenue en mars la première capitale provinciale conquise par les rebelles au détriment du régime.

Vous aimerez aussi

Photo fournie par la présidence turque montrant les présidents russe Vladimir Poutine, iranien Hassan Rohani et turc Recep Tayyip Erdogan au sommet tripartite à Téhéran, le 7 septembre 2018 [- / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP]
Syrie Idleb : Erdogan appelle Moscou et Téhéran à empêcher une «catastrophe humanitaire»
Le ministre des Affaires Etrangères russe Sergei Lavrov (à droite) reçoit son homologue turc Mevlüt Cavusoglu à Moscou, le 24 août 2018 [Kirill KUDRYAVTSEV / AFP]
Syrie La Turquie met en garde Moscou contre une «catastrophe» à Idleb
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors du congrès de son parti l'AKP, le 18 août 2018 à Ankara [ADEM ALTAN / AFP/Archives]
Économie Crise financière : les Etats-Unis, la tête de Turc d'Erdogan

Ailleurs sur le web

Derniers articles