Irak : Maliki appelle à des prières conjointes sunnites-chiites

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki (c), le 7 mai 2013 [Ahmad al-Rubaye / AFP/Archives] Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki (c), le 7 mai 2013 [Ahmad al-Rubaye / AFP/Archives]

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a appelé dimanche à des prières conjointes sunnites-chiites après une série d'attaques visant des lieux de cultes, estimant que leurs auteurs étaient des ennemis des deux confessions.

"J'appelle à des prières conjointes (...) dans l'une des plus grandes mosquées de Bagdad" chaque vendredi, a déclaré M. Maliki dans un communiqué.

"Ceux qui visent les mosquées sont les ennemis des sunnites comme des chiites, et cherchent à enflammer le conflit" entre confessions, a-t-il ajouté.

Vendredi, deux bombes ont fait 41 morts près d'une mosquée sunnite après la prière hebdomadaire à Baqouba, au nord-est de Bagdad, au lendemain d'un attentat suicide ayant fait 12 morts à l'entrée d'un lieu de culte chiite à Kirkouk (nord).

Les tensions sont vives entre le gouvernement de M. Maliki, un chiite, et la minorité sunnite du pays, qui manifeste depuis près de cinq mois dans plusieurs régions du pays en accusant les autorités de la marginaliser et d'abuser contre elle de l'arsenal judiciaire anti-terroriste.

Le gouvernement a fait quelques concessions, en libérant des prisonniers et en augmentant le salaire des combattants sunnites engagés contre Al-Qaïda, mais les questions de fond n'ont pas été réglées.

Vous aimerez aussi

Politique Violences en bande : Marine Le Pen dénonce un «terrorisme du quotidien»
Seine-Saint-Denis Les élus montent au créneau après la mort d'un adolescent de 12 ans à la suite d'une rixe
Une patrouille de la gendarmerie camerounaise sur la place principale de Buea, le 3 octobre 2018 [MARCO LONGARI / AFP]
Afrique Cameroun anglophone : à l'hôpital de Buea, les victimes du conflit se multiplient

Ailleurs sur le web

Derniers articles