5.000 militaires et policiers déployés dans le Michoacan

Un hélicoptère survolle la ville de Cali, le 19 mai 2013 [Luis Robayo / AFP/Archives] Un hélicoptère survolle la ville de Cali, le 19 mai 2013 [Luis Robayo / AFP/Archives]

Quelque 5.000 militaires et policiers fédéraux ont été déployés depuis lundi soir dans l'Etat du Michoacan, à l'ouest du Mexique, pour faire face aux violences provoquées par les cartels de narcotrafiquants et des groupes armés d'auto-défense, a-t-on indiqué de source militaire et policière à l'AFP.

Selon ces sources, quelque 1.000 policiers fédéraux, 2.000 militaires et 2.000 membres de la Marine de guerre sont arrivés dans le Michoacan, l'un des Etats les plus pauvres du Mexique et lieu traditionnel d'affrontements pour le contrôle des routes de la drogue.

La région visée par ces renforts, qui s'ajoutent à 1.000 policiers fédéraux déjà envoyés au cours des derniers jours, est une zone du sud-est du Michoacan, connue comme la Tierra Caliente (Terre chaude), où est particulièrement implanté le cartel des Chevaliers Templiers.

En février sont apparus dans plusieurs municipalités de cette région, notamment Buenavista et Tepalcatepec et Coalcoman, des groupes d'hommes armés se présentant comme des groupes d'auto-défense et qui contrôlent certains axes routiers.

Plusieurs entreprises, avaient décidé depuis plusieurs jours de ne plus distribuer leurs produits dans ces zones, pour des raisons de sécurité.

Les autorités de l'Etat du Michoacan ont indiqué lundi soir que "grâce à la coordination et à l'appui du gouvernement fédéral", la circulation a été rétablie normalement dans ces secteurs.

Le ministre de l'Intérieur, Miguel Angel Osorio Chong, devait assister mardi à une réunion sur la sécurité avec les autorités de l'Etat du Michoacan.

À suivre aussi

Mexique «Yoga de l'extrême» : après avoir été victime de 110 fractures, elle donne des nouvelles rassurantes
Faits divers Mexique : un narcotrafiquant tué par balles en pleine interview
Donald Trump a contesté avoir voulu créer des tranchées d'alligators pour empêcher les migrants de traverser la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.
Etats-Unis Donald Trump dément avoir voulu mettre des alligators et des serpents à la frontière mexicaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles