Arabie Saoudite : 10 personnes arrêtées pour espionnage

Le ministre saoudien de l'Intérieur,  le Prince Mohammed bin Nayef bin Abdulaziz, le 23 avril 2013 [Mohammed al-Shaikh / AFP/Archives] Le ministre saoudien de l'Intérieur, le Prince Mohammed bin Nayef bin Abdulaziz, le 23 avril 2013 [Mohammed al-Shaikh / AFP/Archives]

Les autorités saoudiennes ont arrêté 10 nouvelles personnes, dont un Libanais et un Turc, pour espionnage au profit de l'Iran, a annoncé mardi un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Ces personnes sont liées à un réseau d'espionnage dont 18 membres ont été arrêtés en mars, a ajouté le porte-parole, cité par l'agence officielle Spa.

Après le démantèlement du réseau, l'enquête "a conduit à l'arrestation de 10 autres (suspects) pour leur implication dans des actes d'espionnage du réseau: huit Saoudiens, un Libanais et un Turc", a déclaré le porte-parole.

Un Libanais, faisant partie des suspects arrêtés en mars, a été "relâché pour manque de preuves sur ses liens avec le réseau", a-t-il ajouté.

Au total, 27 suspects, dont un Iranien, un Turc et un Libanais, sont désormais détenus et seront présentés à la justice.

Le 19 mars, le ministère de l'Intérieur avait annoncé l'arrestation des 18 premiers suspects qui formaient une cellule d'espionnage au profit de l'Iran et qui étaient, selon Ryad, rémunérés pour des "informations et des documents sur des sites importants" en Arabie saoudite transmis aux services iraniens.

L'Iran avait nié toute implication dans cette affaire, son ministère des Affaires étrangères assurant qu'il s'agissait d'une "affirmation sans fondement et d'un scénario répétitif, sans aucune base (...) et à usage interne".

L'Arabie saoudite et les autres monarchies arabes du Golfe, dirigées par des dynasties sunnites, soupçonnent l'Iran chiite d'alimenter la tension au sein de leurs communautés chiites, notamment à Bahreïn, secoué par des troubles récurrents depuis deux ans.

À suivre aussi

Arabie Saoudite L'hymne russe massacré devant Vladimir Poutine
Une publicité pour l'Arabie Saoudite fait polémique à Paris.
Polémique Paris : une immense publicité pour l'Arabie Saoudite à Chaussée d'Antin fait polémique
Jamal Khashoggi en 2014.
Affaire Khashoggi Un an après le meurtre de Jamal Khashoggi, des révélations sordides font surface

Ailleurs sur le web

Derniers articles