Israël : l'armée réplique après avoir été la cible de tirs en provenance de Syrie

Des véhicules blindés israéliens sur le plateau du Golan, le 6 mai 2013 [Menahem Kahana / AFP/Archives] Des véhicules blindés israéliens sur le plateau du Golan, le 6 mai 2013 [Menahem Kahana / AFP/Archives]

Des soldats israéliens ont ouvert le feu dans la nuit de lundi à mardi après avoir été pris pour cible par des tirs en provenance de Syrie, a indiqué l'armée dans un communiqué.

"Au cours de la nuit, une patrouille de Tsahal (l'armée israélienne, ndlr) a été la cible de tirs près de la frontière syrienne dans le plateau du Golan. Aucun blessé n'est à déplorer. Le véhicule a été endommagé. Les soldats de Tsahal ont répondu en ouvrant le feu avec précision et ont atteint la source des tirs", peut-on lire dans le communiqué.

De son côté, l'armée syrienne a affirmé mardi dans un communiqué avoir détruit un véhicule israélien ayant dépassé la ligne de cessez-le-feu sur le plateau du Golan.

"Nos forces armées ont détruit un véhicule israélien avec tout ce qu'il transportait, qui venait des territoires occupés. Ce véhicule a dépassé la ligne de cessez-le-feu et avançait vers le village de Bir-Ajam situé dans la partie syrienne libérée", précise le commandement général des forces armées syriennes.

Mais un porte-parole militaire israélien a démenti que le véhicule ait été détruit et a affirmé qu'aucun passager n'avait été atteint.

"Des tirs syriens ont touché en l'endommageant légèrement une jeep militaire israélienne sur le plateau du Golan. Les informations de l'armée syrienne sont infondées", ont par ailleurs précisé des sources militaires israéliennes sous couvert de l'anonymat.

Dans son communiqué, l'armée israélienne "s'inquiète des récents incidents dans le nord du pays et a déposé une plainte auprès des forces des Nations-Unies en fonction dans la région".

"Pas un jour ne passe sans que nous ne soyons engagés dans un processus de prise de décision qui pourrait mener à une détérioration soudaine et incontrôlable de la situation sécuritaire", a déclaré de son côté le chef d'état-major israélien Benny Gantz, cité par les médias.

"C'est une situation qui va nous accompagner dans l'avenir proche, nous devons en être conscients", a-t-il prévenu.

Par ailleurs, l'armée israélienne a indiqué mardi qu'un blessé syrien avait été évacué dans la nuit de lundi à mardi l'hôpital de Safed, dans le nord d'Israël.

"Un Syrien blessé a été secouru la nuit dernière après être parvenu du côté israélien de la clôture de sécurité entre la Syrie et Israël. En raison de son état de santé et de considérations humanitaires, le chef d'Etat major Benny Gantz a décidé de le faire évacuer sur un hôpital israélien. Il sera raccompagné en Syrie à sa sortie de l'hôpital", a déclaré une porte-parole militaire à l'AFP.

Le blessé syrien est dans un "état grave mais stable" après avoir été touché sur tout le corps par des éclats d'obus, a précisé la porte-parole de l'hôpital de Safed.

Dans la nuit de dimanche à lundi des tirs en provenance de Syrie avaient déjà touché un secteur du Golan occupé par Israël.

Selon les médias locaux, le point d'impact des tirs avait été à proximité d'une patrouille militaire israélienne.

L'armée israélienne, qui n'avait pas confirmé l'information, n'avait pas répliqué. A la suite de l'incident, Israël avait saisi la force d'observation des Nations Unies déployée dans la zone depuis 1974.

Depuis le début du conflit en Syrie, la situation s'est tendue sur le Golan, mais les incidents sont restés jusqu'à présent relativement limités, l'armée israélienne ayant pour consigne de riposter en visant l'origine du tir.

La semaine passée, des projectiles tirés de Syrie ont touché le mont Hermon, point culminant du Golan occupé par Israël, entraînant la fermeture aux visiteurs de ce site touristique habituellement fréquenté.

Par ailleurs, l'armée israélienne a indiqué mardi qu'un blessé syrien avait été évacué dans la nuit de lundi à mardi l'hôpital de Safed, dans le nord d'Israël.

"Un Syrien blessé a été secouru la nuit dernière après être parvenu du côté israélien de la clôture de sécurité entre la Syrie et Israël. En raison de son état médical et de considérations humanitaires le chef d'Etat major Benny Gantz a décidé de le faire évacuer sur un hôpital israélien. Il sera raccompagné en Syrie à sa sortie de l'hôpital", a déclaré une porte-parole militaire à l'AFP.

Le blessé syrien est dans un "état grave mais stable" après avoir été touché sur tout le corps par des éclats d'obus, a précisé la porte-parole de l'hôpital de Safed.

Israël, officiellement en état de guerre avec la Syrie, occupe depuis la guerre de 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan, qu'il a annexés, une décision que n'a jamais reconnue la communauté internationale

Vous aimerez aussi

Photo fournie par l'agence syrienne Sana le 5 septembre 2018 de l'artillerie syrienne tirant sur des positions du groupe Etat islamique dans la province de Soueida [- / SANA/AFP/Archives]
Moyen-orient Syrie : Daesh libère six otages de Soueida, une vingtaine toujours retenus
L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura à Genève le 11 septembre 2018 [SALVATORE DI NOLFI / POOL/AFP/Archives]
démission Syrie : l'émissaire de l'ONU sur le départ, encore à Damas la semaine prochaine
Une homme roule sur une motocyclette devant un bâtiment endommagé dans la ville de Binnish, dans le nord de la province d'Idleb en Syrie, le 15 octobre 2018 [OMAR HAJ KADOUR / AFP]
Conflit Syrie : les jihadistes ignorent une échéance clé d'un accord sur Idleb

Ailleurs sur le web

Derniers articles