La Corée du Nord relâche 16 pêcheurs chinois capturés

Le port de pêche de Dalian, au nord-est de la province de Lianong, le 20 mai 2013, d'où sont originaires les bateaux capturés par des Nord-Coréens [AFP / AFP] Le port de pêche de Dalian, au nord-est de la province de Lianong, le 20 mai 2013, d'où sont originaires les bateaux capturés par des Nord-Coréens [AFP / AFP]

Seize marins chinois et leur bateau de pêche, qui avaient été capturés par des Nord-Coréens armés, ont été relâchés mardi par la Corée du Nord, a annoncé un responsable consulaire cité par l'agence de presse Chine Nouvelle.

Le propriétaire chinois du bateau, Yu Xuejun, "nous a déclaré que tous les pêcheurs et leur navire étaient sur le chemin du retour, sains et saufs", a déclaré ce responsable à Chine Nouvelle, en précisant que Pyongyang n'avait pas encore confirmé la libération.

Lundi, Pékin avait pressé Pyongyang d'agir sur ce dossier, dans un contexte de dégradation des relations entre les deux pays voisins.

La capture du navire de pêche et de ses hommes avait été suivie d'une demande de rançon. M. Yu avait déclaré à l'AFP qu'à son avis l'équipage avait été enlevé par un navire militaire de patrouille nord-coréen.

La Chine, seul allié de poids de la Corée du Nord, a été irritée par les récents tirs de fusée et l'essai nucléaire, le 12 février dernier, réalisés par Pyongyang. Pékin a ensuite approuvé des sanctions contre la Corée du Nord, dont des clôtures d'avoirs bancaires.

Mardi, le quotidien d'Etat Global Times rapportait l'incident en Une en faisant état de l'"indignation publique" en Chine sur "un kidnapping vu comme un moyen de faire de l'argent facile pour les gangs nord-coréens".

Le propriétaire du bateau, cité par le journal, a indiqué que les Nord-Coréens lui avaient demandé de verser la rançon sur un compte bancaire d'une entreprise de Dandong, la ville-frontière chinoise séparée de la Corée du Nord par le fleuve Yalu.

Il a demandé que les autorités chinoises enquêtent sur cette entreprise.

Pékin a fait fermer début mai un compte bancaire nord-coréen en application des sanctions internationales.

Le Global Times citait lundi un universitaire, Jin Qiangyi, jugeant possible que Pyongyang ait tenté de se venger de ces mesures de rétorsion en enlevant des pêcheurs chinois et en exerçant un chantage.

En mai 2012, 28 pêcheurs chinois avaient été détenus durant 13 jours par des Nord-Coréens, présentés comme des "ravisseurs non identifiés" ou au contraire des membres des autorités nord-coréennes.

Les incidents impliquant des pêcheurs chinois, qui ont tendance à aller de plus en plus loin poser leurs filets, ne sont pas rares en Asie en raison des disputes de souveraineté sur les eaux séparant la Chine de ses voisins. Mais les incidents maritimes entre Chine et Corée du Nord, deux pays alliés, sont très rares.

Vous aimerez aussi

Un bébé tigre blanc au zoo de Kunming, le 12 octobre 2018, dans la province du Yunnan, en Chine [FRED DUFOUR / AFP]
faune La Chine s'entiche de ses tigres blancs triplés
Donald Trump et Xi Jinping le 7 novembre 2017 à Pékin [NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives]
tensions Face à la Chine, Trump tente une offensive inédite aux résultats incertains
Droits de l'Homme Chine : les autorités lancent une campagne contre les produits halal

Ailleurs sur le web

Derniers articles