L'ex-chef du fisc américain se défend

L'ancien chef de l'administration fiscale, Douglas Shulman, lors d'une audition au Sénat, le 21 mai 2013 à Washington [Win Mcnamee / Getty Images/AFP/Archives] L'ancien chef de l'administration fiscale, Douglas Shulman, lors d'une audition au Sénat, le 21 mai 2013 à Washington [Win Mcnamee / Getty Images/AFP/Archives]

L'ancien chef de l'administration fiscale américaine, en poste lorsque des employés ont indûment ciblé des groupes politiques conservateurs, s'est dit "consterné" mardi, affirmant ne pas avoir été impliqué dans cette affaire qui ébranle l'administration Obama.

Lors d'une audition au Sénat américain, Douglas Shulman, ancien dirigeant de l'Internal Revenue Service (IRS), a reconnu que le comportement des agents de son administration avait été "inexcusable", quatre jours après que la Chambre des représentants eut entendu son successeur par intérim, Steven Miller, limogé la semaine dernière.

"J'ai été consterné et attristé de lire les conclusions de (l'enquête interne de) l'inspecteur général", a expliqué M. Shulman, qui avait été nommé à son poste par l'ancien président républicain George W. Bush et l'a quitté en novembre 2012.

"Les actes mis en évidence dans ce report ont suscité, de façon justifiée, des questions sur la justesse de l'approche" de l'IRS, a-t-il reconnu en allusion au ciblage de groupes dont les noms comportaient les mots "patriote" ou "Tea Party", la mouvance d'ultra-droite adversaire jurée de l'administration du président démocrate Barack Obama.

Mais M. Shulman a aussi dit qu'en juin 2011, date à laquelle ces opérations ont cessé, "je n'étais pas au courant" de l'affaire.

Cette réponse a provoqué l'ire du chef de la commission des Finances du Sénat, le démocrate Max Baucus. "L'IRS a renoncé au discernement et perdu la confiance" des Américains, a-t-il lancé, tandis que son collègue républicain Orrin Hatch a promis: "d'une façon ou d'une autre, nous allons apprendre ce qui s'est passé".

Lundi, la Maison Blanche a révélé que l'équipe rapprochée de Barack Obama était au courant fin avril du fait qu'une enquête avait été ouverte sur les agissements de fonctionnaires du fisc, mais que le président lui-même ne l'avait su que plus tard.

Jeudi dernier, M. Obama avait assuré qu'il ne savait rien de ces agissements avant que l'affaire ne soit révélée dans la presse.

Le fisc avait reconnu le 10 mai que des dizaines de groupes conservateurs réclamant un statut fiscal spécial avaient été sélectionnés pour un examen approfondi, alors que les groupes de gauche, beaucoup moins nombreux, ne semblent pas avoir fait l'objet du même ciblage.

Vous aimerez aussi

Histoire du jour Ils sont engagés par McDonalds après avoir «piégé» l'un des restaurants
Diplomatie Avant de parler à l'ONU, Macron et Trump jouent l'entente
Le vice-ministre chinois du Commerce Wang Shouwen lors d'une conférence de presse à Pékin, le 25 septembre 2018 [Greg Baker / AFP]
Commerce La Chine refuse de négocier avec les Etats-Unis «le couteau sous la gorge»

Ailleurs sur le web

Derniers articles