Yémen : rassemblement des partisans d'une sécession du Sud

Des milliers de personnes réclament, le 21 mai 2013 à Aden, une sécession du sud du Yémen [Gamal Noman / AFP] Des milliers de personnes réclament, le 21 mai 2013 à Aden, une sécession du sud du Yémen [Gamal Noman / AFP]

Des milliers de personnes ont participé mardi à un rassemblement à Aden, principale ville du sud du Yémen, pour réclamer une sécession de cette région, 23 ans après l'unification du pays, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Arborant le drapeau de l'ex-Yémen du Sud et des portraits du dirigeant sudiste en exil Ali Salem al-Baid, les protestataires, rassemblés sur la place des défilés à Khor Maksar, répétaient en choeur: "Nous avons fait le serment que Sanaa ne peut plus nous gouverner" ou "Dégage !".

"L'indépendance, c'est notre objectif" ou "Pas de patrie autre que le Sud", lisait-on notamment sur certaines des multiples banderoles dressées sur la place.

Les protestataires répondaient à un appel lancé par M. Baid pour marquer le 19e anniversaire de la proclamation, le 21 mai 1994, de l'éphémère République sudiste en pleine guerre civile, remportée par les forces nordistes le 7 juillet de la même année.

M. Baid, qui vit en exil au Liban, poursuit sa campagne malgré la participation du Mouvement sudiste, divisé entre séparatistes et fédéralistes, au dialogue national, ouvert le 18 mars à Sanaa pour élaborer une nouvelle Constitution du Yémen, après le départ, en février 2012, sous la pression de la rue de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

Dans un discours adressé mardi à ses partisans, M. Baid a critiqué de nouveau la conférence du dialogue national destinée, selon lui, à "enterrer la cause du peuple du Sud", réclamant des négociations d'Etat à Etat.

Il a ainsi appelé Sanaa à "accepter des négociations entre deux Etats" et l'indépendance du Sud.

La mouvance autonomiste s'est développée sur fond de revendications politiques et sociales des habitants du Sud, qui estiment avoir été marginalisés et discriminés par le Nord qu'ils accusent de négliger leur région.

Vous aimerez aussi

Conflit Yémen : spectaculaire attaque de drone contre l'armée
L'émissaire des Nations unies, le Britannique Martin Griffiths (C), à son arrivée à l'aéroport de la capitale yéménite Sanaa le 5 janvier 2019 [MOHAMMED HUWAIS / AFP]
Moyen-orient Pari difficile pour l'ONU au Yémen
L'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths (C), à son arrivée à Sanaa, lors d'un déplacement le 21 novembre 2018 [MOHAMMED HUWAIS / AFP/Archives]
Moyen-orient Nouvelle mission au Yémen de l'émissaire de l'ONU

Ailleurs sur le web

Derniers articles