L'Iran a accéléré l'installation de centrifugeuses modernes

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad (1er plan) en train de visiter le site nucléaire de Natanz, en 2008 [ / Présidence iranienne/AFP/Archives] Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad (1er plan) en train de visiter le site nucléaire de Natanz, en 2008 [ / Présidence iranienne/AFP/Archives]

L'Iran a accéléré l'installation de centrifugeuses plus modernes sur un site d'enrichissement d'uranium, une activité au coeur de son conflit avec les grandes puissances, selon un rapport de l'Agence international de l'énergie atomique (AIEA) diffusé mercredi.

Selon ce document, l'Iran a installé près de 700 centrifugeuses IR-2m et des enveloppes de centrifugeuses vides sur son site de Natanz (centre), contre 180 en février.

"A la date du 15 mai, quatre cascades ont été totalement équipées et une cascade partiellement avec des centrifugeuses IR-2m et des enveloppes de centrifugeuses vides et des travaux préparatoires ont été accomplis pour 13 autres cascades (...)", détaille le rapport consulté par l'AFP.

Ces nouvelles centrifugeuses, qui servent à enrichir l'uranium, ne sont pas encore entrées en production.

Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de vouloir développer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.

Avec un équipement plus performant, ils craignent que l'Iran puisse plus facilement produire de l'uranium enrichi à un niveau de pureté nécessaire pour fabriquer l'arme nucléaire (90%).

La République islamique enrichit de l'uranium à un faible niveau de pureté (5 et 20%) pour ses usines de production d'électricité et à des fins médicales.

Dans ce rapport trimestriel, l'agence onusienne souligne aussi que le nombre de centrifugeuses en activité dans le site souterrain de Fordo, près de la ville sainte de Qom, est resté identique comparé à février.

Le site de Fordo, enfoui sous une montagne, inquiète particulièrement la communauté internationale car l'Iran a décidé d'y concentrer son enrichissement jusqu'à 20%, ce qui le rapproche techniquement du degré nécessaire à la fabrication de l'arme nucléaire.

Vous aimerez aussi

Les opérateurs de la centrale nucléaire de Fukushima retirent le combustible nucléaire de la piscine du réacteur numéro 3 à distance, à l'aide d'une grue télécommandée.
Nucléaire Japon : pourquoi l’opération qui débute à Fukushima est-elle particulièrement délicate ?
L'EPR de Flamanville dans la Manche, le 16 novembre 2016 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives]
Nucléaire EPR de Flamanville : travaux et nouveaux retards en vue
Sur plusieurs des sites étudiés, les chercheurs ont retrouvé des traces d'essais militaires d'armes nucléaires [PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives]
Environnement Des résidus radioactifs dans les glaciers

Ailleurs sur le web

Derniers articles