Tunisie : Ansar Asharia annule son appel à manifester

Le porte-parole du groupe salafiste jihadiste Ansar Asharia, Seifeddine Raïs, le 16 mai 2013 à Tunis [Hosni Manoubi / AFP/Archives] Le porte-parole du groupe salafiste jihadiste Ansar Asharia, Seifeddine Raïs, le 16 mai 2013 à Tunis [Hosni Manoubi / AFP/Archives]

Le mouvement salafiste tunisien Ansar Asharia a annulé son appel à manifester vendredi à Kairouan (centre) à la suite de la libération de son porte-parole, un mot d'ordre qui laissait craindre de nouveaux heurts avec la police.

"Voici une information qui va réjouir (...) les agents du tyran : annulation de la protestation devant le siège d'Ennahda (le parti islamiste au pouvoir, ndlr) à Kairouan après la libération de notre frère Seifeddine" Raïs, a indiqué jeudi l'antenne de Kairouan d'Ansar Asharia sur sa page Facebook.

Le mouvement salafiste avait appelé à une manifestation devant les locaux d'Ennahda vendredi après-midi pour protester contre l'arrestation de M. Raïs, porte-parole d'Ansar Asharia, le 19 mai. Il a été libéré mercredi soir mais reste inculpé de diffusion d'informations mensongères et d'incitation à la violence.

Les autorités avait prévenu que ce rassemblement n'était pas autorisé, laissant craindre de nouveaux affrontements entre policiers et militants salafistes après ceux de dimanche (un mort 18 blessés, selon le bilan officiel) en banlieue de Tunis.

 
 

Le parti islamiste au pouvoir a longtemps entretenu des relations ambiguës avec les jihadistes malgré leur essor depuis la révolution de janvier 2011.

Confronté à des bandes armées liées à Al-Qaïda à la frontière algérienne et aux menaces de "guerre" formulées mi-mai par Ansar Asharia, le gouvernement a considérablement durci le ton vis-à-vis de ce groupe, l'accusant désormais d'être impliqué "dans le terrorisme".

Vous aimerez aussi

Agression sexuelle Jeune fille violée au Maroc : un tatoueur offre de lui retirer ses terribles marques
Des lois sur la libérté et l'égalité contestées en Tunisie
Politique Un projet de loi sur la liberté et l'égalité contesté en Tunisie
Des membres du personnel hospitalier et des collègues transportent le corps d'un des six membres des forces de l'ordre tués dans le nord-ouest de la Tunisie dans une attaque "terroriste", selon les autorités, le 8 juillet 2018 à Tunis  [FETHI BELAID / AFP]
Terrorisme Tunisie : six membres des forces de sécurité tués dans une attaque

Ailleurs sur le web

Derniers articles