L'Organisation de l'unité africaine a 50 ans

La présidente de la Commission de l'UA, la sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, le 25 mars 2013 à Abidjan [Issouf Sanogo / AFP/Archives] La présidente de la Commission de l'UA, la sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, le 25 mars 2013 à Abidjan [Issouf Sanogo / AFP/Archives]

Les dirigeants africains ont ouvert samedi à Addis Abeba les cérémonies du cinquantenaire de la naissance de l'Organisation de l'unité africaine, ancêtre de l'actuelle Union Africaine.

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, hôte du sommet, a fixé comme objectif aux chefs d'Etat réunis dans la capitale éthiopienne "de construire un continent libéré de la pauvreté et des conflits, au sein duquel nos citoyens bénéficieront d'un statut de pays à revenu intermédiaire", en ouvrant les débats devant de nombreuses personnalités venues du monde entier.

Le numéro un éthiopien a estimé que ces objectifs devaient constituer la nouvelle définition du "panafricanisme", en rendant hommage aux fondateurs de l'OUA et "à leur quête en vue de l'unité africaine".

La présidente du Brésil Dilma Rousseff, le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le secrétaire général des Nations Ban Ki-moon font partie des invités présents aux cérémonies samedi matin. Le président français François Hollande devait les rejoindre plus tard dans la journée.

La présidente de la Commission de l'UA, la sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, a appelé pour sa part l'Afrique à prendre plus résolument en main son destin.

"Si nous parlons de solutions africaines aux problèmes africains, c'est parce que nous savons que nous ne pouvons faire taire les armes pour de bon que si nous agissons de façon solidaire et unie", a-t-elle déclaré à la tribune du nouveau siège de l'UA, construit et financé par la Chine.

Vous aimerez aussi

Le président Emmanuel Macron et le ministre des Armées Florence Parly au salon Euronaval, au Bourget, le 23 octobre 2018 [BENOIT TESSIER / POOL/AFP]
Diplomatie Suspendre les ventes d'armes à Ryad ? Macron refuse de répondre
Etats-Unis Affaire Khashoggi : Trump «pas satisfait» des explications de Ryad
Diplomatie Brexit : la possibilité d'un accord «toujours là» selon Merkel

Ailleurs sur le web

Derniers articles