Magnitski : Interpol rejette une demande de Moscou

William Browder, patron du fonds d'investissement Hermitage Capital, le 11 février 2013 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives] William Browder, patron du fonds d'investissement Hermitage Capital, le 11 février 2013 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives]

Interpol a refusé de valider un mandat d'arrêt international de la Russie visant William Browder, patron du fonds d'investissement qui employait le juriste Sergueï Magnitski, mort en prison en 2009, estimant que ce dossier était "principalement de nature politique".

Dans un communiqué, l'organisation internationale de coopération policière a annoncé samedi avoir "effacé (de ses fichiers) toute information concernant William Browder" conformément à une "recommandation" de la Commission de contrôle des fichiers d'Interpol (CCF).

Réagissant à cette information, le ministère russe de l'Intérieur a assuré que la Russie n'avait pas demandé à Interpol d'arrêter William Browder.

Le bureau russe d'Interpol a remis à l'organisation internationale de coopération policière une demande visant à "établir le lieu de résidence de M. Browder, mais n'a pas encore demandé de valider un mandat d'arrêt international le visant", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère, Denis Stroukov.

Le CCF, organe indépendant, "a étudié une plainte de Mr. Browder et a conclu que ce dossier était principalement de nature politique", a indiqué Interpol, qui précise avoir transmis les recommandations du CCF à ses 190 pays membres, destinataires de la demande russe "d'arrestation en vue d'extradition".

Le 22 avril dernier, un tribunal de Moscou avait émis un mandat d'arrêt international contre M. Browder, patron du fonds Hermitage Capital, accusé par le ministère de l'Intérieur russe d'avoir acheté illégalement des actions du groupe public Gazprom à une époque où cela était interdit aux étrangers

Cet Américain a milité activement pour l'adoption aux Etats-Unis d'une loi visant des responsables russes soupçonnés d'être impliqués dans la mort en 2009 de Sergueï Magnitski. Cette loi a finalement été promulguée fin 2012 et a provoqué un conflit diplomatique entre Moscou et Washington.

Magnitski avait été arrêté en 2008 après avoir dénoncé une vaste machination financière de 5,4 milliards de roubles (130 millions d'euros) ourdie, selon lui, par des responsables de la police et du fisc au détriment du Fonds Hermitage Capital ainsi que de l'Etat russe.

Il avait alors été inculpé de fraude fiscale par les responsables mêmes qu'il dénonçait, selon Hermitage Capital. Il est mort après onze mois de détention provisoire.

À suivre aussi

Le ministre de la Culture Vladimir Mendinski a des idées bien arrêtées sur la lecture de BD
BD Lire des comics serait réservé aux «imbéciles», selon le ministre de la Culture russe
Russie Cette boucle de cein­ture vieille de 2100 ans ressemble à s'y méprendre à un smartphone
Après la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump en juillet 2017 lors du G20 à Hambourg, des responsables des services de renseignement américains ont affirmé que leur président avait peut-être discuté d'informations classifiées avec son homologue russe.
International Les Etats-Unis ont dû exfiltrer un espion de Russie en 2017 à cause de Donald Trump

Ailleurs sur le web

Derniers articles