Irak : seize morts dans des violences

Des Irakiens nettoient les débris d'un attentat qui a fait 16 morts, le 28 mai 2013 à Sadr City à Bagdad [Ali al-Saadi / AFP] Des Irakiens nettoient les débris d'un attentat qui a fait 16 morts, le 28 mai 2013 à Sadr City à Bagdad [Ali al-Saadi / AFP]

Seize personnes ont été tuées et 37 blessées mardi en Irak dans des violences ayant notamment visé les forces de sécurité, ont indiqué des responsables médicaux et des services de sécurité.

L'attaque la plus meurtrière a été perpétrée dans le quartier chiite de Sadr City, dans le nord de Bagdad, où une bombe a explosé dans un bus, tuant au moins cinq personnes et en blessant 26 autres, a-t-on appris auprès de ces sources.

A Tarmiyah, au nord de Bagdad, un kamikaze a fait exploser son camion plein d'explosifs, tuant quatre personnes, dont deux policiers, et blessés huit autres, ont indiqué un docteur et un policier.

Plus au nord, à Mossoul, quatre policiers ont été tués dans des affrontements.

Près de cette ville, le lieutenant-colonel Faris al-Rachidi, un officier des renseignements de la police, a été tué et trois policiers blessés dans une explosion, selon un médecin et un policier.

Des hommes armés ont par ailleurs tué deux membres d'une milice anti-Al-Qaïda près de Tikrit, au nord de la capitale.

Les violences interviennent au lendemain d'une autre journée meurtrière lors de laquelle au moins 58 personnes ont été tuées et 187 blessées.

Les violences ont fait plus de 500 morts depuis le début du mois de mai, selon un décompte de l'AFP, une vague de violences qui fait craindre un nouveau conflit confessionnel comme dans les années 2006/2007.

Vous aimerez aussi

Des civils ayant fui les combats contre le groupe Etat islamique (EI) dans son ultime réduit de Syrie, et derrière eux un combattant des Forces démocratiques syriennes (SDF), près du village de Baghouz, le 3 février 2019 [Delil souleiman / AFP/Archives]
Terrorisme Daesh contrôle désormais en Syrie moins de 1% de son «califat»
(Image d'illustration) Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo le 1er février 2019 à Washington [Eric BARADAT                 / AFP]
Diplomatie Washington appelle ses alliés à rapatrier leurs jihadistes détenus en Syrie
Politique Faut-il rapatrier les jihadistes d'Irak et de Syrie ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles