Israël prépare sa population à une pluie de missiles

Des soldats israéliens font un exercice de secours à Nazareth, le 27 mai 2013 [Menahem Kahana / AFP] Des soldats israéliens font un exercice de secours à Nazareth, le 27 mai 2013 [Menahem Kahana / AFP]

Israël a lancé un exercice destiné à préparer sa population à faire face à une pluie quotidienne de centaines de missiles et de roquettes, au moment où la tension monte dans la région avec les craintes d'un débordement du conflit syrien.

Les procédures d'évacuation et de sauvetage de victimes dans les décombres de bâtiments en cas d'attaques, notamment avec des armes chimiques, sont testés depuis dimanche jusqu'à mercredi. Au cours de cet exercice, les enfants dans leur école et les adultes sur leur lieu de travail ou à leur domicile ont été appelés à se réfugier dans les abris les plus proches en cas d'alerte.

Depuis le début de la guerre civile en Syrie (mars 2011), la situation s'est tendue sur le plateau du Golan, dont Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

Le 21 mai, l'armée syrienne a revendiqué pour la première fois des tirs qui ont touché un véhicule militaire israélien circulant sur la partie occupée du Golan.

La tension avec le régime de Bachar al-Assad est également montée d'un cran à la suite deux raids aériens israéliens au début de ce mois près de Damas. Ces attaques visaient, selon les responsables israéliens, à empêcher le transfert d'armes au Hezbollah libanais.

La Syrie avait réagi en avertissant qu'elle répliquerait "immédiatement" et de façon "douloureuse "à toute nouvelle attaque d'Israël contre son territoire.

Des enfants israéliens étudient, le 27 mai 2013, dans leur abri, situé à Nazareth, lors d'un exercice de secours en cas d'attaques de missiles ou de roquettes contre Israël [Menahem Kahana / AFP]
Photo
ci-dessus
Des enfants israéliens étudient, le 27 mai 2013, dans leur abri, situé à Nazareth, lors d'un exercice de secours en cas d'attaques de missiles ou de roquettes contre Israël

"C'est la capacité de résistance et de sang-froid de l'arrière durant les guerres à venir qui nous permettra de remporter la victoire", a expliqué le général israélien Eyal Eisenberg, chargé de la défense passive.

"Tout le monde comprend que nos ennemis ne chercheront pas durant le prochain conflit à conquérir le territoire israélien, mais plutôt à tirer des missiles vers des objectifs civils", a affirmé le ministre israélien chargé de la défense civile, Gilad Erdan, au cours d'une visite d'inspection dans une école.

Un millier de missiles et de roquettes par jour

Selon les médias israéliens, l'exercice en cours simule une situation qui pourrait prévaloir au 15ème jour d'un conflit au cours duquel un millier de missiles et de roquettes seraient tirés chaque jour vers Israël à partir du Liban, de la Syrie et de la bande de Gaza.

Dans ce scénario, les batteries d'interception de roquettes "Iron Dome" ne suffiraient pas à protéger le territoire israélien d'un tel déluge.

"Nous testons les procédures de sauvetage en tenant compte des leçons de la +Deuxième guerre du Liban+ afin de nous assurer de la continuité du fonctionnement des services publics", a expliqué le général Eisenberg, en allusion à la guerre ayant opposé Israël au Hezbollah libanais à l'été 2006.

Selon des experts militaires cités par les médias, le Hezbollah, la Syrie, le mouvement palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, et l'Iran, considéré par Israël comme la principale menace à sa sécurité, disposeraient d'un arsenal de 200.000 roquettes et missiles.

"Israël est le pays le plus menacé au monde. Il subit la menace de missiles et de roquettes. Nous sommes préparés à tout scénario", a déclaré dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le général Eisenberg s'est voulu rassurant. "L'armée israélienne suit les développements à la frontière nord. Nous serons prêts, et nous saurons réagir comme il le faut", a-t-il assuré.

Vous aimerez aussi

Diplomatie Les États-Unis confirment la fermeture de la mission palestinienne à Washington
Une photo prise le 4 juillet 2018 montre une partie du village bédouin palestinien de de Khan al-Ahmar, en Cisjordanie occupée [Ahmad GHARABLI / AFP/Archives]
Israël Feu vert israélien à la démolition d'un village bédouin emblématique
Politique Monica Lewinsky quitte une conférence après une question sur Bill Clinton

Ailleurs sur le web

Derniers articles