Le président de l'Assemblée nationale libyenne démissionne

Mohamed al-Megaryef, président de l'Assemblée nationale libyenne, le 17 février 2013 à Benghazi [Abdullah Doma / AFP/Archives] Mohamed al-Megaryef, président de l'Assemblée nationale libyenne, le 17 février 2013 à Benghazi [Abdullah Doma / AFP/Archives]

Mohamed al-Megaryef, le président de l'Assemblée nationale libyenne, la plus haute autorité politique du pays, a présenté mardi sa démission à l'Assemblée, indiquant se conformer ainsi à une loi sur l'exclusion politique des anciens collaborateurs du régime de Mouammar Kadhafi.

"Tout le monde doit s'assujettir à la loi, par respect de la légalité et de la démocratie. Je vais être le premier à me conformer à la loi et je vous soumets ma démission", a déclaré M. Megaryef au cours d'une session plénière du Congrès général national (CGN).

Le Congrès doit toutefois valider la démission de M. Megaryef avant qu'elle ne prenne effet, a indiqué un membre du CGN, précisant qu'un nouveau président devrait être élu dans les prochains jours.

"Je vous quitte la tête haute, la conscience tranquille", a déclaré M. Megaryef, visiblement ému, affirmant avoir "épuisé toute son énergie au service de la nation".

Cette démission est attendue depuis l'adoption le 5 mai d'une loi controversée qui écarte de la vie politique les personnalités ayant occupé des postes de responsabilité sous l'ancien régime, depuis le 1er septembre 1969, date d'arrivée au pouvoir de Mouammar Kadhafi, jusqu'à la chute de son régime en octobre 2011.

Cette loi, qui doit entrer en vigueur le 5 juin, a été adoptée sous la pression de miliciens armés qui ont occupé deux ministères durant plusieurs jours.

À suivre aussi

Depuis 2015, le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU, et l'autorité rebelle menée par le maréchal Khalifa Haftar se battent pour le contrôle de la Libye.
International Tout comprendre à la crise en Libye en trois questions
Les deux principaux protagonistes de la crise en Libye, Fayez al-Sarraj (g), chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, et Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, seront présents à Berlin, mais ne devraient pas siéger à... [FETHI BELAID, HO / AFP/Archives]
Berlin Un sommet international pour tenter de pacifier la Libye
L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé; lors d'une interview avec l'AFP le 18 janvier 2020 à Berlin [Odd ANDERSEN / AFP]
International Libye : les exportations du pétrole bloquées à la veille d'un sommet crucial

Ailleurs sur le web

Derniers articles