Suède: "retour à la normale" à Stockholm après des jours d'agitation sociale

Des policiers sont à la recherche de jeunes émeutiers, le 25 mai 2013 dans un quartier de Stockholm [Fredrik Persson / SCANPIX/AFP] Des policiers sont à la recherche de jeunes émeutiers, le 25 mai 2013 dans un quartier de Stockholm [Fredrik Persson / SCANPIX/AFP]

En Suède, moins d'une dizaine de voitures ont été incendiées après une semaine d'agitation dans les banlieues pauvres de Stockholm, ce qui marque un "retour à la normale", selon la police mardi.

"Maintenant, c'est le retour à la normale. Il n'y a pas eu d'émeutes et seules quelques voitures ont brûlé, moins de dix", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police, Kjell Lindgren.

Il n'y a pas eu d'incidents dans d'autres villes de Suède.

Les troubles avaient commencé après la mort le 19 mai à Husby -- quartier défavorisé de la capitale où 80% de la population est d'origine étrangère -- d'un habitant âgé de 69 ans abattu par la police.

Selon les associations locales, cet incident a provoqué la colère des jeunes qui se disent victimes du racisme et de brutalités policières.

Quelque 150 véhicules et une douzaine de bâtiments ont été incendiés dans ce quartier et dans d'autres banlieues défavorisées de la capitale, mais aussi dans d'autres villes de taille moyenne. Depuis le 24 mai, les incidents nocturnes baissent d'intensité avec le renforcement de la présence des forces de l'ordre et des patrouilles de citoyens ordinaires qui tâchaient de dissuader les fauteurs de troubles.

Ces violences ont provoqué un débat en Suède sur l'intégration des immigrés, qui représentent environ 15% de la population, se concentrent dans les quartiers pauvres des grandes villes du pays et connaissent un taux de chômage plus important que le reste de la population.

A l'étranger, elles ont écorné l'image pacifique et égalitaire de la société suédoise.

En raison de sa politique d'immigration libérale, la Suède est devenue ces dernières décennies l'une des premières destinations des immigrants en Europe, dont des ressortissants d'Irak, d'Afghanistan, de Somalie, des Balkans et récemment de Syrie.

De graves incidents avaient déjà eu lieu en 2010 à Rinkeby et en 2008 à Malmö, dans le sud, où un centre culturel islamique avait été fermé.

À suivre aussi

Le bar The Stonewall Inn, à New York, est devenu un emblème de la cause LGBT, à la suite des émeutes de 1969.
Etats-Unis 50 ans des émeutes de Stonewall à New York : un acte fondateur pour le mouvement LGBT
Des familles de détenus prient devant la prison de Puraquequara, dans le nord du Brésil, théâtre de violences meurtrières le 28 mai 2019 [Sandro Pereira  / AFP]
émeutes Violences dans des prisons au Brésil : 55 détenus tués en deux jours
émeutes Côte d'Ivoire : la prestation du rappeur Kaaris s'achève dans la violence

Ailleurs sur le web

Derniers articles