Pays-Bas : sept ados et un père jugés pour la mort d'un arbitre

La présidente du tribunal, entourée de deux juges, le 11 mars 2013, lors des audiences préliminaires au tribunal de Lelystad [Bas Czerwinski / AFP/Archives] La présidente du tribunal, entourée de deux juges, le 11 mars 2013, lors des audiences préliminaires au tribunal de Lelystad [Bas Czerwinski / AFP/Archives]

Le procès de sept adolescents et d'un adulte inculpés pour le décès d'un arbitre assistant battu à mort lors d'une rencontre de football amateur aux Pays-Bas s'est ouvert mercredi, près de six mois après des faits ayant profondément choqué un pays où le football est roi.

Richard Nieuwenhuizen, 41 ans, était décédé début décembre après avoir été frappé à plusieurs reprises quelques minutes après le coup de sifflet final d'une rencontre de jeunes.

Plusieurs adolescents l'avaient notamment frappé au visage alors qu'il était au sol. Quelques heures après l'agression, l'homme avait été pris d'un malaise et emmené à l'hôpital, où il est finalement décédé le 3 décembre.

Les huit accusés, des garçons âgés de 15 à 17 ans à l'époque des faits et un adulte de 51 ans, père d'un des adolescents, doivent répondre de ces faits devant le tribunal de Lelystad (centre-ouest) et sont accusés d'homicide et de violences dans un lieu public.

"Après beaucoup de temps, cette affaire commence enfin", a assuré la juge Anja van Holten, à l'ouverture du procès. S'adressant aux sept accusés, présents dans la salle d'audience sous le regard de leurs parents assis dans le public, elle a ajouté : "il s'agit de jours difficiles pour vous, nous allons essayer d'en tenir compte".

Cinq jours d'audience ont été prévus, ce qui est "exceptionnel", selon l'une des porte-parole du tribunal, Jetty Bult : "mais il s'agit d'une affaire compliquée, il y a beaucoup de suspects et puis il s'agit de déterminer des faits qui se sont produits très vite, en une minute, sur la base de témoignages".

"C'est une affaire qui a beaucoup touché les Pays-Bas car quelqu'un a été tabassé sur un terrain de football, un endroit où on va normalement pour s'amuser", a-t-elle également assuré.

Geert-Iem Roos, avocat de l'un des jeunes accusés, a assuré à des journalistes en arrivant au tribunal de Lelystad que son son client était "bien préparé" : "mais bon, c'est un jeune garçon et je pense qu'il ne réalise pas trop ce qui se passe alors nous essayons de lui expliquer, étape par étape, ce qui se passe", a-t-il ajouté.

L'épouse et l'un des fils de Richard Niewenhuizen sont arrivés au tribunal vers 08H30 (06H30 GMT). et sont entrés bras dessus bras dessous dans le bâtiment du tribunal, sans s'adresser à la presse.

Quatre experts doivent témoigner

Pour le représentant du parquet, Joost Zeilstra, il ne fait aucun doute que M. Nieuwenhuizen est décédé des suites de l'agression : "il y a eu des coups sur sa tête, sa nuque et son corps avec la mort comme conséquence".

Quatre experts, dont deux de l'Institut médico-légal néerlandais (NFI), s'exprimeront sur les causes de ce décès.

Les funérailles le 10 décembre 2012 de Richard Nieuwenhuizen, un arbitre assistant, battu à mort après une rencontre de football amateur [Robin Utrecht / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Les funérailles le 10 décembre 2012 de Richard Nieuwenhuizen, un arbitre assistant, battu à mort après une rencontre de football amateur
 

Un des légistes, nommé par le tribunal suite à une demande en ce sens de la défense, devrait assurer que la victime pourrait ne pas être décédée des suites de la bagarre.

"Un légiste indépendant dira que selon son enquête, il pourrait y avoir plusieurs explications différentes de la mort de l'arbitre assistant, dont celle d'une rupture d'anévrisme à l'artère carotide", a assuré à l'AFP un autre avocat de la défense, Sydney Smeets.

L'expert a été identifié par les médias néerlandais comme étant Christopher Milroy, ancien chef des Services britanniques de médecine légale et actuellement professeur de cette matière à l'université d'Ottawa. Il aurait identifié "une anomalie dans l'artère qui, dans de rares cas, peut mener à la mort".

"Nous soutenons donc qu'il n'y a aucune raison de croire que Richard Nieuwenhuizen est mort des suites des coups qu'il pourrait avoir reçus", a soutenu Sydney Smeets.

Le NFI, dont un rapport est cité dans les médias néerlandais, a pour sa part conclu qu'il était "extrêmement probable que l'arbitre assistant soit mort de coups à la tête et au cou".

Dans le football amateur aux Pays-Bas, l'arbitre et ses assistants sont fournis par le club qui joue à domicile. Il est donc fréquent que des parents arbitrent leurs propres enfants.

Six des sept adolescents et l'adulte de 51 ans sont en détention. Le septième et plus jeune des garçons, âgé de 15 ans, est en liberté. Les adolescents encourent des peines de 1 à 2 ans dans des institutions pour jeunes tandis que l'homme de 51 ans encourt une peine de 15 ans de prison.

La mort de l'arbitre assistant avait provoqué de vives réactions aux Pays-Bas: des milliers de personnes s'étaient réunies à Almere afin de lui rendre hommage et les 33.000 rencontres de football amateur prévues le week-end ayant suivi sa mort avaient été annulées.

Des pancartes avaient été accrochées à travers le pays, clamant : "Sans respect, pas de football".

Une minute de silence avait en outre été observée lors du premier match de la Coupe du Monde des clubs 2013, organisée en décembre au Japon.

Vous aimerez aussi

Le capitaine du Liverpool FC, Steven Gerrard (à gauche), quitte Anfield Road à Liverpool après la cérémonie du souvenir pour le 25e anniversaire de la tragédie de Hillsborough le 15 avril 2014 [Paul Ellis / AFP]
foot Il y a 25 ans, la tragédie d'Hillsborough
L'attaquant français Nicolas Anelka retourne sur le banc après avoir été remplacé par un coéquipier alors qu'il évoluait à West Bromwich Albion, ici contre  Everton, le 20 janvier 2014 au stade des Hawthorns [ / AFP/Archives]
foot Brésil : en attendant "Godot" Anelka
L'attaquant de la Juventus Sebastian Giovinco communie avec les fans après avoir marqué un but contre l'Udinese, le 14 avril 2014 au stade Friuli à Udine [ / AFP]
foot La Juventus sans pitié contre Udinese 3-1

Ailleurs sur le web

Derniers articles