L'ONU ajoute Al-Nosra à sa liste des organisations terroristes

Des combattants du front Al-Nosra prennent position dans le village syrien d'Aziza, près d'Alep, le 4 avril 2013 [Guillaume Briquet / AFP/Archives] Des combattants du front Al-Nosra prennent position dans le village syrien d'Aziza, près d'Alep, le 4 avril 2013 [Guillaume Briquet / AFP/Archives]

Le Conseil de sécurité de l'ONU a ajouté vendredi les rebelles syriens du front jihadiste Al-Nosra à sa liste d'organisations qu'il considère comme "terroristes" et qui sont sujettes à des sanctions, en raison de leurs liens avec Al-Qaïda.

L'organisation islamiste, qui lutte en Syrie contre les forces du président Bachar al-Assad, fait désormais l'objet d'un gel de ses avoirs au niveau international et d'un embargo sur ses armes, a précisé le comité de sanctions du Conseil.

La France et le Royaume-Uni ont poussé à mettre Al-Nosra sur cette liste, après avoir bloqué une demande en ce sens du gouvernement syrien.

Le chef du Front Al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani, avait annoncé en avril qu'il prêtait allégeance au chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, confirmant les liens entre ces rebelles et l'organisation islamiste fondée par Oussama ben Laden.

Les experts affirment qu'Al-Nosra reçoit de l'aide des affiliés d'Al-Qaïda basés en Irak, et le Conseil de sécurité mentionne explicitement les liens d'Al-Nosra avec cette mouvance irakienne d'Al-Qaïda.

Le gouvernement américain avait classé l'an dernier Al-Nosra comme "organisation terroriste" et ajouté ce mois-ci al-Joulani à sa liste noire des personnalités "terroristes".

Ce groupe, formé de combattants syriens et de volontaires étrangers, a pour ambition d'instaurer une gouvernance islamique dans la Syrie de l'après-Assad, ce que rejette l'Armée syrienne libre (ASL), la principale composante de la rébellion.

Les pays occidentaux essaient de prendre des mesures contre Al-Nosra pour favoriser les rebelles plus modérés.

Cette décision de l'ONU "vient souligner la claire distinction qu'il convient d'opérer entre l'opposition démocratique en Syrie, qui a notre plein soutien et que nous souhaitons renforcer, et les éléments terroristes que nous condamnons sans ambiguïté", a estimé à Paris le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot.

La guerre en Syrie, qui fait rage depuis 26 mois, a entraîné la mort de plus de 94.000 personnes.

Vous aimerez aussi

Une homme roule sur une motocyclette devant un bâtiment endommagé dans la ville de Binnish, dans le nord de la province d'Idleb en Syrie, le 15 octobre 2018 [OMAR HAJ KADOUR / AFP]
Conflit Syrie : les jihadistes ignorent une échéance clé d'un accord sur Idleb
Photo fournie par l'agence officielle syrienne Sana montrant le passage de Qouneitra sur le Golan, rouvert le 15 octobre 2018  [- / SANA/AFP]
Moyen-Age Réouverture du passage entre la Syrie et une zone du Golan sous contrôle israélien
Syrie : le difficile retour des habitants dans des zones dévastées par la guerre
Conflit Syrie : le difficile retour des habitants dans des zones dévastées par la guerre

Ailleurs sur le web

Derniers articles