Pakistan: le futur Premier ministre condamne l'élimination du numéro deux des talibans

Le futur Premier ministre du Pakistan, Nawaz Sharif, à Lahore le 28 mai 2013 [Arif Ali / AFP/Archives] Le futur Premier ministre du Pakistan, Nawaz Sharif, à Lahore le 28 mai 2013 [Arif Ali / AFP/Archives]

Le futur Premier ministre du Pakistan, Nawaz Sharif, a condamné vendredi la frappe américaine de drone qui a tué deux jours plus tôt le numéro deux des talibans pakistanais dans le nord-ouest du pays.

"L'attaque de drone n'était pas seulement une violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du pays", mais aussi "une violation du droit international et de la Charte des Nations unies", déclare un communiqué publié par le service de presse du parti de Nawaz Sharif, la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N).

Après avoir confirmé jeudi la mort la veille de son numéro deux Wali ur-Rehman dans une frappe de drone américaine, le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP) a déclaré qu'il retirait sa proposition de pourparlers de paix avec le gouvernement d'Islamabad.

Rehman a été tué tôt mercredi par un missile tiré par un drone américain sur une maison située dans le Waziristan du Nord, un district tribal proche de la frontière avec l'Afghanistan et considéré comme un bastion des talibans et d'autres groupes islamistes armés proches du réseau Al-Qaïda.

Le TTP est l'un des principaux groupes armés islamistes responsables d'une vague d'attentats --suicide pour la plupart-- qui a tué quelque 6.000 personnes dans tout le Pakistan en près de six ans.

Le tir du drone américain de mercredi était le premier depuis les élections législatives du 11 mai, remportées par la PML-N de Nawaz Sharif.

Le communiqué publié par la PML-N indique qu'un proche collaborateur de Nawaz Sharif a rencontré vendredi le chargé d'affaires américain à Islamabad, Richard Hoagland, et lui a transmis l'opinion du futur Premier ministre sur la frappe de mercredi.

À suivre aussi

Des manifestants défilent à Srinagar, la capitale du Cachemire indien, pour protester contre la révocation de l'autonomie de la région par New Delhi, le 16 août 2019 [STR / AFP]
tensions Affrontements au Cachemire indien avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
Des étudiants pakistanais protestent le 5 août à Lahore contre l'annonce de l'Inde de révoquer l'autonomie constitutionnelle du Cachemire indien, en proie à un conflit territorial avec le Pakistan depuis 70 ans. «Le Cachemire saigne», peut-on notamment lire sur leurs banderoles.
Conflit Les clés pour comprendre la crise au Cachemire
Asie Cachemire : le Pakistan compare les autorités indiennes au régime nazi

Ailleurs sur le web

Derniers articles