Des milliers de Portugais défilent contre la rigueur

Un manifestant à Lisbonne le 20 mai 2013 [Francisco Leong / AFP/Archives] Un manifestant à Lisbonne le 20 mai 2013 [Francisco Leong / AFP/Archives]

Cartons rouges, chants et sifflements ont marqué les manifestations contre l'austérité qui ont rassemblé des milliers de personnes samedi après-midi à Lisbonne et dans les principales autres villes portugaises contre les mesures d'austérité mises en oeuvre au Portugal depuis deux ans.

"Basta!", "Troïka dehors!" "Gouvernement démission!", "Respect!", avaient écrit sur des pancartes des protestataires, qui sifflaient et brandissaient des cartons rouges devant la représentation du Fonds monétaire international (FMI) à Lisbonne, sur l'une des principales artères de la capitale où la circulation automobile avait été coupée.

"Troïka, gouvernement dehors!", "arrêtons cette politique!", scandaient également les manifestants contre le programme de rigueur imposé depuis deux ans par la troïka des créanciers du Portugal, à savoir l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le FMI, en échange d'une aide financière de 78 milliards d'euros.

Les protestataires, qui ont défilé à l'appel du mouvement apolitique "Que se lixe a troika" ("Que la troïka aille se faire voir") et de plusieurs collectifs de citoyens, ont également entonné "Grandola Vila Morena" : cet hymne de la révolution des oeillets, qui avait renversé en 1974 la dictature salazariste, est régulièrement repris pendant des manifestations contre l'austérité.

"Je ne suis pas responsable de leurs erreurs. C'est injuste d'entendre ensuite que certains gardent leurs privilèges tandis que la population doit se serrer la ceinture!", a confié à l'AFP Manuel Oliveira, agent de sécurité.

"Il faut que ça cesse. Malheureusement, je crois qu'il ne nous reste plus qu'à faire la révolution. Ces manifestations n'y changeront rien", a affirmé pour sa part une retraitée lisboète qui tenaient une pancarte réclamant le départ de la troïka.

Des représentants des principaux partis d'extrême gauche se sont également joints aux manifestants à Lisbonne.

"Ce jour a une symbolique et une force particulières car il rassemble des pays européens, les peuples d'Europe, dans la lutte contre le chantage de la finance et la troïka", a déclaré Catarina Martins, coordinatrice du Bloc de gauche.

Arménio Carlos, secrétaire général de la CGTP, principal syndicat portugais qui a annoncé vendredi une grève générale pour le 27 juin prochain, a également défilé samedi dans la capitale portugaise.

A Lisbonne, il n'y a pas eu d'évaluations du nombre des manifestants, mais à Porto, la capitale du nord du pays, ils étaient près de mille, selon la police, et 3.000 selon les organisateurs, à battre le pavé contre l'austérité.

A l'instar des principales villes portugaises, des manifestation conte l'austérité ont aussi eu lieu à Francfort, à Madrid et dans plusieurs autres villes européennes.

Vous aimerez aussi

Viol Inde : manifestation après le viol d'une étudiante de 20 ans
Des militants écologistes font face aux policiers dans la forêt de Hambach à Kerpen, en Allemagne le 15 septembre 2018. [Henning Kaiser / dpa/AFP]
charbon Allemagne : 9 blessés lors de l'évacuation de militants écologistes
Un manifestant nicaraguyaen s'oppose aux policiers anti-émeutes, à Managua le 15 septembre 2018 [INTI OCON / AFP]
Crise Nicaragua : deux blessés par balle lors d'une manifestation anti-Ortega

Ailleurs sur le web

Derniers articles