Le président chinois à Trinité et Tobago

Le président chinois Xi Jinping et son épouse lors de leur arrivée à Trinité et Tobago, le 31 mai 2013 [Frederic Dubray / AFP] Le président chinois Xi Jinping et son épouse lors de leur arrivée à Trinité et Tobago, le 31 mai 2013 [Frederic Dubray / AFP]

Le président chinois Xi Jinping est arrivé vendredi soir à Trinité et Tobago, première visite d'un président chinois dans un pays anglophone des Caraïbes, dans le cadre d'une tournée américaine qui le mènera ensuite au Costa Rica, au Mexique puis enfin aux Etats-Unis.

L'avion du nouveau président chinois a atterri sous une pluie fine vers 19H00 locales (23H00 GMT) sur l'aéroport de Port-d'Espagne. Xi Jinping a été accueilli par la Premier ministre Kamla Persad-Bissessar et une importante délégation gouvernementale et diplomatique.

Il voyage avec son épouse, Peng Liyuan, une ancienne chanteuse qui a focalisé l'attention des photographes avec sa tenue, une robe de coupe chinoise de couleur verte.

A l'agenda du président chinois, qui restera jusqu'à dimanche à Trinité et Tobago, figurent des rendez-vous avec le Premier ministre samedi matin, puis avec le président Anthony Thomas Aquinas Carmona et des dirigeants parlementaires, a indiqué le ministère des Affaires étrangères local.

Les échanges commerciaux entre les deux pays en 2011 se sont élevés à 600 millions de dollars, puis à 450 millions en 2012.

La visite du président chinois survient la même semaine que celle du vice-président américain Joe Biden, faits exceptionnels pour cette petite île de 1,3 million d'habitants.

En se rendant d'abord à Trinité-et-Tobago, puis au Costa Rica et au Mexique, le numéro un chinois veut montrer que Pékin entend commercer et étendre son influence aussi bien auprès des petits pays que des grandes puissances.

Il se rendra ensuite les 7 et 8 juin aux Etats-Unis, où il rencontrera le président américain Barack Obama.

"Je suis convaincu que cette visite donnera une forte impulsion" aux relations entre la Chine et l'Amérique latine, avait-il déclaré avant son départ dans une interview à l'agence officielle chinoise Xinhua.

Comme souvent dans les voyages d'officiels chinois, l'approvisionnement énergétique de la Chine devrait occuper une place importante. Trinité-et-Tobago fonde le dynamisme de son économie sur l'essor de son secteur pétrolier et gazier.

Cela sera également le cas au Mexique, où Xi Jinping séjournera du 4 au 6 juin. Mexico et Pékin ont récemment signé plusieurs accords de coopération, dont un entre Pemex, l'entreprise pétrolière d'Etat du Mexique, et son équivalent chinois, la China National Petroleum Corporation (CNPC), pour l'échange de technologies.

Auparavant, Xi Jinping sera accueilli du 2 au 4 juin à San José. En 2007, le Costa Rica a été le premier pays d'Amérique centrale à reconnaître la Chine populaire, mettant fin de fait à ses relations diplomatiques avec Taïwan. La défection du Costa Rica avait été un coup dur pour Taïpeh, qui pouvait jusque-là compter sur le soutien des petites nations centre-américaines.

Sur les 33 pays d'Amérique latine, 21 ont des relations diplomatiques avec Pékin.

Vous aimerez aussi

Des portraits du Premier ministre pakistanais Imran Khan (d) et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (g) avant son arrivée au Pakistan, le 15 février 2019 à Islamabad [AAMIR QURESHI / AFP]
Diplomatie Le Saoudien «MBS» en quête d'alliés et de contrats en Asie
La chancelière allemande Angela Merkel, lors de la Conférence de sécurité de Munich, le 16 février 2019 [Christof STACHE / AFP]
Diplomatie Merkel appelle au désarmement, Pékin, Moscou et Washington freinent
Réunion au siège du Comité international olympique à Lausanne, entre le CIO et des responsables nord et sud-coréens en vue d'une équipe coréenne unifiée aux JO de Tokyo-2020, le 15 février 2019  [SALVATORE DI NOLFI / POOL/AFP]
Diplomatie JO : les deux Corées se rapprochent pour 2020 et rêvent à 2032

Ailleurs sur le web

Derniers articles