EXCLUSIF - Irak: "conséquences" pour Israël s'il utilise son ciel pour frapper l'Iran

Le vice-Premier ministre irakien Hussein Chahristani, le 29 janvier 2013 à Bagdad [Ali al-Saadi / AFP/Archives] Le vice-Premier ministre irakien Hussein Chahristani, le 29 janvier 2013 à Bagdad [Ali al-Saadi / AFP/Archives]

L'Irak a prévenu Israël qu'il devrait faire face à des "conséquences" s'il utilisait l'espace aérien irakien pour frapper l'Iran, a annoncé un haut responsable gouvernemental à l'AFP.

"Les Etats-Unis nous ont assuré qu'ils ne violeraient jamais l'espace aérien irakien ou la souveraineté irakienne en utilisant notre espace aérien pour attaquer l'un de nos voisins", a déclaré le vice-Premier ministre irakien Hussein Chahristani lors d'un entretien accordé à l'AFP.

"Nous avons également prévenu Israël que s'il violait l'espace aérien irakien, il devra en supporter les conséquences", a-t-il ajouté.

C'est la première fois qu'un haut responsable irakien met en garde publiquement Israël contre l'utilisation de son espace aérien pour mener des frappes préventives sur les installations nucléaires de la République islamique, accusée par les Occidentaux et Israël de vouloir se doter de l'arme nucléaire.

Hussein Chahristani a ajouté que le sujet avait été abordé au sein du conseil irakien de sécurité nationale et que la mise en garde à Israël avait été transmise "à travers des pays avec lesquels ils (les Israéliens) entretiennent des relations".

"Bien évidemment", a-t-il poursuivi, "l'Irak ne va pas révéler la réaction qu'il aurait, car cela permettrait à Israël de s'y préparer".

Israël, considéré comme la seule puissance nucléaire au Proche-Orient, et l'Occident soupçonnent l'Iran de chercher à fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles