Les mots "gros canard jaune" censurés en Chine

Des personnes prennent des photos le 1er juin 2013 d'un canard en plastique géant sur un plan d'eau à Tianjin, dans l'est de la Chine [ / AFP] Des personnes prennent des photos le 1er juin 2013 d'un canard en plastique géant sur un plan d'eau à Tianjin, dans l'est de la Chine [ / AFP]

Les mots "gros canard jaune" ne semblent pas, a priori, avoir de connotation politique. Ils étaient pourtant censurés mercredi sur l'internet en Chine, après le détournement d'une célèbre photo de 1989, où les palmipèdes remplacent une colonne de chars place Tiananmen.

Ce cliché, où un homme seul stoppe la colonne de chars, est devenu emblématique de la sanglante répression du mouvement démocratique des étudiants chinois, écrasé dans le sang le 4 juin 1989, dont les autorités ont interdit toute commémoration mardi.

Ces derniers jours, plusieurs métropoles chinoises ont mis à l'eau des copies d'un canard en plastique géant, oeuvre d'un artiste néerlandais exposée dans le port de Hong Kong, suscitant une polémique sur un éventuel manque de créativité nationale.

Un internaute a eu l'idée de reprendre ce thème du jouet de bain géant pour remplacer, via un montage sur la fameuse photo de 1989, les chars arrêtés par l'homme à pied lors de la répression qui fit plus d'un millier de morts à Pékin.

La photo de la colonne de canards jaunes n'a visiblement pas fait sourire les autorités communistes, à l'instar de toute recherche sur la date du 4 juin ou des mots tels que "Tiananmen" ou "bougie", bloquée mardi sur internet.

Près d'un quart de siècle après ces événements, l'anniversaire de Tiananmen reste une date sensible pour le régime, qui exerce une censure draconienne sur les réseaux sociaux.

Vous aimerez aussi

Les investissements chinois de plus en plus importants au Portugal
Chine Les investissements chinois de plus en plus importants au Portugal
censure La Chine bloque Wikipédia dans toutes les langues à l'approche des 30 ans de Tiananmen
Octroi de l'asile pour l'épouse de l'ex-chef d'Interpol : la Chine hausse le ton
tensions Octroi de l'asile pour l'épouse de l'ex-chef d'Interpol : la Chine hausse le ton

Ailleurs sur le web

Derniers articles