Turquie : les manifestants réclament le renvoi de chefs de la police

Un manifestant prsè d'un barrage de policiers à Ankara le 4 juin 2013 [Marco Longari / AFP] Un manifestant prsè d'un barrage de policiers à Ankara le 4 juin 2013 [Marco Longari / AFP]

Les représentants de la contestation en Turquie ont réclamé mercredi au gouvernement le renvoi des chefs de la police de plusieurs villes du pays, dont Istanbul et Ankara, pour avoir fait un usage excessif de la force contre les manifestants.

"Les responsables de la police qui ont donné l'ordre de ces violences (...) doivent être renvoyés", a indiqué à la presse un de leurs porte-parole, Eyüp Mumcu, au terme d'une rencontre à Ankara avec le vice-Premier ministre Bülent Arinç.

Ces représentants, tous issus de la société civile, ont remis au numéro 2 du gouvernement islamo-conservateur une liste de revendications, a précisé M. Mumcu, de la chambre des architectes d'Istanbul.

Parmi elles figurent la "remise en liberté de tout les manifestants interpellés depuis le début du mouvement" et "l'abandon" du projet de réaménagement urbain controversé de la place de Taksim d'Istanbul, qui a allumé le feu de la contestation.

Les protestataires demandent aussi que la police n'utilise plus de gaz lacrymogènes, ainsi qu'un meilleur respect de la liberté d'expression en Turquie.

M. Mumcu a souligné que la réponse du gouvernement à ces demandes déciderait de la suite du mouvement de protestation.

Mardi, M. Arinç avait présenté des excuses pour les manifestants blessés et tenté de désamorcer les critiques en assurant que le pouvoir avait compris les "leçons" des événements, qui ont fait deux morts et au moins 2.000 blessés dans tout le pays.

Vous aimerez aussi

faillite Turquie : un projet immobilier composé de centaines de villas luxueuses avorté
Enes Kanter n'a jamais caché son hostilité envers le président turc.
Etats-Unis Le joueur NBA Enes Kanter accusé de terrorisme par la Turquie
Montage réalisé le 11 août 2018 montrant le président turc Recep Tayyip Erdogan (G) photographié à Ankara le 26 janvier 2018 et le président américain Donald Trump (D) à Washington le 30 juillet 2018 [ADEM ALTAN, SAUL LOEB / AFP]
tensions Syrie : Ankara pas «intimidé» par les menaces de Donald Trump

Ailleurs sur le web

Derniers articles