Syrie : Paris a transmis ses informations à Washington

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 5 juin 2013 à l'Elysée [Lionel Bonaventure / AFP] Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 5 juin 2013 à l'Elysée [Lionel Bonaventure / AFP]

La France a transmis aux Etats-Unis "toutes les informations" dont elle dispose sur le recours à du gaz sarin en Syrie, a annoncé jeudi le Quai d'Orsay.

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius "a appelé lundi dernier son homologue américain, M. John Kerry. Il lui a indiqué que toutes les informations dont nous disposions seraient transmises à Washington. Cette transmission a été effectuée depuis lors par les services compétents ainsi que par voie diplomatique", a indiqué le porte-parole du Quai d'Orsay, Philippe Lalliot, lors d'un point-presse.

Mercredi, John Kerry avait déclaré avoir demandé à Laurent Fabius de partager ses informations sur l'utilisation de gaz sarin en Syrie.

"Nous restons en contact constant et étroit avec nos partenaires américains sur cette question comme sur l'ensemble des aspects de la crise syrienne", a ajouté Philippe Lalliot.

Laurent Fabius a accusé mardi le régime de Bachar al-Assad d'avoir utilisé à au moins une reprise du gaz sarin en Syrie, soulignant qu'une "ligne a été franchie" et que "toutes les options sont sur la table".

"Nous n'avons aucun doute sur le fait que les gaz ont été utilisés (...). La conclusion du laboratoire est claire : il y a du gaz sarin", a affirmé sur France 2 Laurent Fabius, qui a évoqué des échantillons provenant de journalistes du quotidien Le Monde, mais aussi d'une autre source qu'il n'a pas précisée.

La Maison Blanche avait aussitôt réagi en affirmant que davantage de preuves étaient nécessaires pour établir formellement que du gaz sarin avait été utilisé en Syrie.

Vous aimerez aussi

International Jamal Khashoggi allait révéler des détails sur l'utilisation d'armes chimiques par l'Arabie saoudite au Yémen
Entrée du siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, l'OIAC, (Organisation for the prohibition of chemical weapons, OPCW), à La Haye, le 20 avril 2017 [JOHN THYS / AFP/Archives]
Diplomatie Armes chimiques : Occidentaux et Russes ferraillent sur le renforcement de l'OIAC
Un homme marchant dans la ville de Douma, théâtre d'une attaque chimique présumée le 7 avril 2018. Photo prise le 20 avril 2018 lors d'une visite organisée par le régime syrien pour des journalistes après qu'il eut chassé les rebelles de Douma. [LOUAI BESHARA / AFP]
Conflit Syrie : des experts finalement sur le site d'une attaque chimique présumée

Ailleurs sur le web

Derniers articles