Afghanistan : un soldat italien tué, trois blessés dans une attaque

Un soldat italien se dirige vers son véhicule, le 19 mai 2013 à Hérat, dans l'ouest de l'Afghanistan [Aref Karimi / AFP/Archives] Un soldat italien se dirige vers son véhicule, le 19 mai 2013 à Hérat, dans l'ouest de l'Afghanistan [Aref Karimi / AFP/Archives]

Un soldat italien a été tué et trois autres blessés samedi matin dans l'ouest de l'Afghanistan, lors de l'attaque de leur convoi, a indiqué l'état-major de la Défense dans un communiqué à Rome.

Leur véhicule blindé, un VTLM Lince, rentrait à la base de Farah à l'issue d'une mission dans le cadre de l'ISAF (Force internationale d'assistance à la sécurité) quand il a été "attaqué par des éléments ennemis", a précisé le communiqué.

L'attaque a eu lieu "dans la matinée à 10H30 locales quand un VTLM Lince appartenant à un convoi du "Military Advisor Team" de la "Transition Support Unit South (TSUS) rentrait dans la base de Farah", selon l'Etat-major italien à Rome.

Il venait de participer à "une opération en soutien aux unités de l'armée afghane, et a été l'objet d'une attaque par des éléments ennemis à l'issue de laquelle un militaire italien a été tué et trois autres ont été blessés", a précisé l'Etat-major, en indiquant que les vérifications usuelles sont en cours pour analyser le déroulement de l'attaque.

Le ministre de la Défense, Mario Mauro, a exprimé ses "profondes condoléances" à la famille du soldat décédé et se tient "constamment informé de l'état de trois soldats blessés" par l'Etat-major.

Le secteur de Farah est une région de l'ouest du pays, particulièrement dangereuse.

L'ancien gouvernement de Mario Monti avait annoncé en 2012 la réduction du contingent et prévu de mettre fin à ses opérations de combat d'ici à la fin 2014.

Rome a déployé environ 4.000 soldats dans le cadre de l'ISAF.

Plus de cinquante militaires italiens sont morts dans le cadre d'opérations militaires ou d'accidents de la route depuis le début du conflit en Afghanistan.

À suivre aussi

Heurts entre forces de l'ordre et manifestants antipouvoir à Beyrouth, le 18 janvier 2020 [Anwar AMRO / AFP]
Conflit Les Libanais de nouveau dans la rue au lendemain de violences inédites
Depuis 2015, le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU, et l'autorité rebelle menée par le maréchal Khalifa Haftar se battent pour le contrôle de la Libye.
International Tout comprendre à la crise en Libye en trois questions
Des manifestants lancent des feux d'artifice sur des membres des forces de sécurité dans le centre de Beyrouth le 18 janvier 2020 [ANWAR AMRO / AFP]
Conflit Liban : près de 400 blessés dans des heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Ailleurs sur le web

Derniers articles