Espagne : manifestation à Madrid contre "l'impunité financière"

Manifestants contre "l'impunité financière", le 8 juin 2013 à Madrid [Pierre-Philippe Marcou / AFP] Manifestants contre "l'impunité financière", le 8 juin 2013 à Madrid [Pierre-Philippe Marcou / AFP]

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé samedi à Madrid contre "l'impunité financière", brandissant des pancartes réclamant "jugement et châtiment" pour les responsables de la débâcle financière de l'Espagne.

Sur les pancartes, les manifestants affichaient les photos de ceux qu'ils désignent comme coupables: Rodrigo Rato, ex-président de Bankia qui a précipité un sauvetage européen du secteur bancaire espagnol de 41,3 milliards d'euros, mais aussi le ministre de l'Économie Luis de Guindos, ou encore les présidents des banques Santander, Emilio Botin, et de BBVA, Francisco Gonzalez.

"Contre l'impunité financière, contre l'escroquerie des crédits hypothécaires, pour le droit au logement", proclamait l'immense banderole de tête du cortège qui a défilé devant les bureaux de l'association des banques, la Banque d'Espagne et l'Audience nationale, la cour qui instruit les plaintes contre Bankia. L'un des manifestants portait la banderole grâce à une corde de pendu sur ses épaules.

Cette marche est "une forme d'+escrache+", nom donné aux manifestations qui ont lieu depuis plusieurs semaines sous les fenêtres des responsables politiques ou économiques, et menées par des associations luttant contre les expulsions de familles surendettées, explique Theresa Fernandez, une assistance sociale de 43 ans.

"Nous voulons montrer les responsables de la situation que vivent les familles victimes des crédits hypothécaires qui sont à la rue et qui doivent encore continuer à payer leur crédit", souligne Mme Fernandez, membre de la PAH, une association anti-expulsion à l'origine de cette marche.

"Les principaux responsables de la crise sont dans les conseils d'administration des groupes bancaires", a affirmé l'un des organisateurs en lisant un manifeste dans un porte-voix.

Il a aussi rappelé que le système des crédits espagnols a été mis récemment à l'index par la justice européenne à cause de certaines clauses pouvant être abusives.

L'association PAH est à l'origine d'une proposition de loi populaire qui a recueilli 1,4 million de signatures et qui prévoit l'extinction de la dette contre la saisie du logement, le gel des expulsions du domicile principal et la transformation en logements sociaux de tous les logements vides appartenant à des banques.

Près de 40.000 logements ont été saisis en Espagne en 2012 à la suite d'impayés, selon la Banque d'Espagne. Symboles de la crise et du chômage écrasant, les expulsions de propriétaires et locataires surendettés ont soulevé l'indignation dans le pays, alimentés par des suicides de personnes sur le point d'être expulsées de leur logement.

À suivre aussi

Depuis 2015, le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU, et l'autorité rebelle menée par le maréchal Khalifa Haftar se battent pour le contrôle de la Libye.
International Tout comprendre à la crise en Libye en trois questions
Crise Hôpital : plus de 1.000 médecins prêts à démissionner de leurs fonctions administratives
Des Iraniens brûlent le drapeau américain à Téhéran en avril dernier, après que Donald Trump a placé les Gardiens de la Révolution sur la liste des «organisations terroristes».
Crise Tensions entre les Etats-Unis et l'Iran : la chronologie des événements

Ailleurs sur le web

Derniers articles