Libye : démission du chef d'état-major

Le chef d'état-major libyen Youssef al-Mangouch, en octobre 2012 à Tripoli [ / AFP/Archives] Le chef d'état-major libyen Youssef al-Mangouch, en octobre 2012 à Tripoli [ / AFP/Archives]

Le chef d'état-major libyen Youssef al-Mangouch, régulièrement dénoncé pour le retard dans la formation d'une armée, a présenté dimanche sa démission, au lendemain de violences meurtrières à Benghazi (est), a annoncé le Congrès général national (CGN).

"Le chef d'état-major a présenté sa démission, qui a été acceptée par le Congrès", a déclaré à l'AFP Abdallah al-Gmati, membre du CGN, précisant que cette assemblée, la plus haute autorité politique du pays, se préparait déjà à voter la suspension de M. Mangouch.

La démission de M. Mangouch a été validée par un vote du CGN, a précisé un autre membre de l'assemblée.

Le CGN a aussi décidé de donner au gouvernement deux semaines pour mettre en place un plan visant à dissoudre les groupes armées et à intégrer leurs membres de manière individuelle au sein des forces régulières, a ajouté M. al-Gmati.

En mai, le CGN avait déjà décidé de remplacer M. Mangouch, en précisant les critères selon lesquels son remplaçant devrait être choisi.

M. Mangouch est souvent accusé de défendre et de donner de la légitimité aux groupes armés souvent lourdement armés, composés d'anciens rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Vous aimerez aussi

Le ministre vénézuélien de la Défense, le général Vladimir Padrino (c) entouré par des militaires, le 19 février 2019 à Caracas [Yuri CORTEZ / AFP]
Crise Venezuela : l'armée «en alerte» pour éviter toute violation des frontières
Un exercice militaire impressionnant en Thaïlande
Armée Un exercice militaire impressionnant en Thaïlande
Crise Venezuela : un général de l'armée de l'Air fait allégeance à Juan Guaido

Ailleurs sur le web

Derniers articles