Les manifestants ne veulent pas céder aux menaces d'Erdogan

Des Turcs manifestent contre le gouvernement, à Izmir, le 8 juin 2013 [Ozan Kose / AFP] Des Turcs manifestent contre le gouvernement, à Izmir, le 8 juin 2013 [Ozan Kose / AFP]

Les manifestants turcs restaient déterminés lundi au 11e jour de leur mobilisation contre le gouvernement, malgré les menaces du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui, de plus en plus agacé, a promis de leur faire payer "un prix élevé".

Au lendemain d'un week-end qui a encore vu des dizaines de milliers de personnes défiler dans plusieurs grandes villes du pays aux cris de "Tayyip, démission!", l'emblématique place Taksim d'Istanbul a retrouvé une relative tranquillité lundi matin, occupée par quelques groupes d'irréductibles seulement.

Mais les manifestants se sont donné rendez-vous pour la fin de la journée, bien décidés à ne pas céder aux diatribes du chef du gouvernement, qui a enflammé ses troupes dimanche dans une série de discours au vitriol contre les "pillards" et les "extrémistes" défiant son autorité dans la rue.

"Nous allons à l'école mais nous reviendrons plus tard dans la journée", a confié à l'AFP Ecem Yakin, une lycéenne de 17 ans.

"Je suis urbaniste, pas homme politique, mais je pense qu'aussi longtemps qu'Erdogan persistera dans sa rhétorique violente, le mouvement va continuer", a jugé de son côté Akif Burak Atlar, le secrétaire du collectif Taksim Solidarité, dont l'opposition à la destruction du parc Gezi, près de Taksim, a donné le coup d'envoi de la fronde le 31 mai.

"Ce sont ce type de discours et la brutalité de la police qui ont mené la contestation aussi loin. Il doit faire marche arrière (...) il doit reconnaître les exigences de la population", a ajouté M. Atlar, qui s'est refusé à tout pronostic sur la suite des événements. "Honnêtement, je ne sais pas où tout ça va, personne ne contrôle plus rien".

Dimanche, le chef du gouvernement, qui préside lundi en fin de journée son conseil des ministres hebdomadaire, a nettement durci le ton face à la contestation. Tout au long de la journée, il a saturé le terrain médiatique en haranguant à six reprises des milliers de partisans sur un ton de plus en plus ferme.

"Ceux qui ne respectent pas le parti au pouvoir dans ce pays en paieront le prix", a lancé le leader turc à Ankara devant une foule chauffée à blanc.

"Si vous avez un problème, vous pouvez rencontrer mon maire, ou mon gouverneur (...) je peux même vous rencontrer moi-même si vous choisissez des représentants", a-t-il poursuivi. "Mais si vous continuez comme ça, j'utiliserai le langage que vous comprenez parce que ma patience a des limites".

Stratégie de la tension

Des milliers de personnes manifestent contre le gouvernement turc le 9 juin 2013 à Izmir [Ozan Kose / AFP]
Photo
ci-dessus
Des milliers de personnes manifestent contre le gouvernement turc le 9 juin 2013 à Izmir
 

Sûr du soutien d'une majorité de Turcs, le Premier ministre a demandé à plusieurs reprises à ses fidèles de "donner une leçon" de démocratie aux manifestants lors des prochaines élections municipales de 2014.

En 2011, son Parti de la justice et du développement (AKP), issu de la mouvance islamiste, avait recueilli à lui seul 50% des suffrages.

Au moment où M. Erdogan achevait le dernier de ses discours, la police a violemment dispersé dimanche soir, pour la deuxième journée consécutive, des milliers de manifestants réunis place Kizilay à Ankara, le coeur de la contestation dans la capitale. Plusieurs personnes ont été blessées et d'autres interpellées.

le dernier bilan publié à la veille du week-end par le syndicat des médecins turcs faisait état de trois morts, deux manifestants et un policier, et de près de 5.000 blessés, dont plusieurs dizaines dans un état grave, depuis le début du mouvement.

La stratégie de la tension adoptée par le chef du gouvernement fait craindre des dérapages entre les manifestants et ses partisans. Des accrochages entre les deux camps, jusque-là limités, ont été signalés la semaine dernière, notamment à Rize (nord-est), le village d'origine de la famille d'Erdogan sur les bords de la mer Noire et à Adana (sud).

 
 

"Ce refus apparent de faire baisser la tension n'est pas bon pour les marchés, il pourrait même susciter encore plus de spéculation contre les marchés turcs", a averti Deniz Ciçek, analyste à la Finansbank.

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a appelé dimanche à "une solution rapide" en Turquie et demandé aux opposants comme aux partisans du chef du gouvernement de faire preuve de "retenue".

L'AKP a d'ores et déjà prévu d'organiser deux réunions publiques de masse samedi prochain à Ankara et le lendemain à Istanbul, officiellement pour lancer sa campagne pour les élections municipales de l'an prochain.

Vous aimerez aussi

Photo fournie par la présidence turque montrant les présidents russe Vladimir Poutine, iranien Hassan Rohani et turc Recep Tayyip Erdogan au sommet tripartite à Téhéran, le 7 septembre 2018 [- / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP]
Syrie Idleb : Erdogan appelle Moscou et Téhéran à empêcher une «catastrophe humanitaire»
Le ministre des Affaires Etrangères russe Sergei Lavrov (à droite) reçoit son homologue turc Mevlüt Cavusoglu à Moscou, le 24 août 2018 [Kirill KUDRYAVTSEV / AFP]
Syrie La Turquie met en garde Moscou contre une «catastrophe» à Idleb
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors du congrès de son parti l'AKP, le 18 août 2018 à Ankara [ADEM ALTAN / AFP/Archives]
Économie Crise financière : les Etats-Unis, la tête de Turc d'Erdogan

Ailleurs sur le web

Derniers articles