Espagne: arrestation de deux membres présumés de l'ETA

Une peinture consacrée à l'ETA sur un mur de la ville d'Hernani en espagne [Ander Arrizurieta / AFP/Archives] Une peinture consacrée à l'ETA sur un mur de la ville d'Hernani en espagne [Ander Arrizurieta / AFP/Archives]

La police espagnole a arrêté mardi à l'aube deux membres présumés de l'ETA, portant un nouveau coup à l'organisation séparatiste basque déjà affaiblie par des coups de filet à répétition.

Les deux détenus, originaires du Pays basque espagnol, sont Jon Lizarribar Lasarte, né en 1976 et Rubén Gelbentzu González, né en 1974, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

"Selon la Garde civile, ils ont participé à quatre attentats en 2002", contre l'Université de Navarre, les grands magasins Corte Inglés à Saragosse, dans le nord-est du pays et deux entreprises de la région de Navarre, dans le nord de l'Espagne, a précisé le ministère, précisant qu'ils appartenaient au "commando Izarbeltz" de l'ETA.

Les arrestations ont eu lieu "vers trois heures du matin", à la suite à l'étude "du volume abondant de documents saisis en France auprès de plusieurs dirigeants du groupe terroriste ETA", ajoute le communiqué.

Ces documents ont permis "de déterminer qu'il existait en 2002 une structure (...) qui serait responsable de plusieurs attentats qui n'avaient jusque-là pas été résolus", indique le ministère. "Cette structure était coordonnée par des membres de l'ETA, envoyés de France et dont l'identité était restée inconnue."

Jon Lizarribar Lasarte avait fui fin 2003 en vers la France, où il avait été arrêté un an plus tard et condamné en 2007 à six ans d'emprisonnement par le tribunal correctionnel de Paris. Après avoir purgé sa peine, il était rentré en Espagne, explique le ministère espagnol.

Le logo de l'ETA le 23 mars 2010 à Oquendo en Espagne [Rafa Rivas / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Le logo de l'ETA le 23 mars 2010 à Oquendo en Espagne

Rubén Gelbentzu González avait lui été arrêté en Espagne en 2003 avec 11 autres membres présumés de l'ETA dans "le cadre d'une opération menée contre +l'appareil de recrutement+" de l'organisation et relâché trois jours après.

L'ETA, rendu responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre, classé organisation terroriste par les Etats-Unis et l'Union européenne, avait annoncé le 20 octobre 2011 qu'il mettait fin définitivement à la violence.

59 militants présumés de l'ETA ont été arrêtés, essentiellement en France et en Espagne, depuis l'arrivée au pouvoir en Espagne du gouvernement de droite de Mariano Rajoy à la fin 2011, a précisé mardi le ministère de l'Intérieur.

Très affaibli, le groupe refuse néanmoins de se dissoudre et de rendre les armes, comme l'exigent la France et l'Espagne.

Vous aimerez aussi

Faits divers Policiers insultés par des jeunes de Champigny : la vidéo qui crée le malaise
Une fumeuse de cannabis
légalisation Canada : la police demande aux citoyens d’arrêter de dénoncer les gens qui fument du cannabis
Justice Mélenchon entendu ce jeudi matin à Nanterre

Ailleurs sur le web

Derniers articles