Une loi russe contre la "propagande" homosexuelle

Des militants pour la cause homosexuelle manifestent le 25 mai 2013 dans e centre de Moscou [Andrey Smirnov / AFP/Archives] Des militants pour la cause homosexuelle manifestent le 25 mai 2013 dans e centre de Moscou [Andrey Smirnov / AFP/Archives]

Les députés russes ont commencé mardi l'examen en deuxième et troisième lecture d'un projet de loi controversé punissant tout acte de "propagande" homosexuelle devant mineur, un texte critiqué par des militants des droits de l'Homme.

Plusieurs amendements ont été déposés depuis l'adoption en première lecture en janvier de la loi, qui selon son nouvel intitulé vise à défendre les enfants de la propagande niant "les valeurs familiales traditionnelles".

Les amendes prévues dans le cadre de cette loi ont été revues à la hausse, a indiqué en introduction Elena Mizoulina, députée du parti Russie Juste (centre-gauche).

Selon le texte, une personne physique risque de 4.000 à 5.000 roubles d'amende (100-125 euros), une personne dépositaire de l'autorité publique de 40.000 à 50.000 roubles (1.000-1.250 euros) et une entité juridique de 800.000 à un million de roubles (19.000-23.500 euros).

Les sanctions sont encore plus sévères si cette propagande est effectuée sur internet, et prévoient que les entités juridiques pourront être fermées jusqu'à 90 jours.

Les étrangers risquent aussi une amende pouvant aller jusqu'à 100.000 roubles et pourront en outre être détenus 15 jours et expulsés.

"La Russie est un pays de valeurs traditionnelles, dans lequel plus de 90% de la population est en faveur de l'interdiction de la propagande de l'homosexualité parmi les mineurs", avait déclaré Sergueï Jelezniak, un député du parti au pouvoir Russie Unie, dans des propos publiés sur le site de la Douma avant le début de l'examen de la loi.

Plusieurs dizaines de partisans de cette loi, parmi lesquels des militants orthodoxes, s'étaient rassemblées dans la matinée devant la Douma à Moscou, alors que des sympathisants de la cause homosexuelle avaient aussi appelé à une action devant le bâtiment.

L'homophobie est répandue en Russie, où l'homosexualité était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999.

Vous aimerez aussi

Un Russe qui avait tranché à la hache les mains de sa femme a été condamné jeudi à 14 ans de prison  [PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives]
Faits divers Russie : quatorze ans de prison pour avoir coupé les mains de sa femme
Alexeï Navalny, opposant numéro un à Vladimir Poutine, le 15 novembre à la Cour européenne des Droits de l'homme [Frederick FLORIN / AFP]
Justice Arrestations de Navalny : la CEDH condamne la Russie
L'opposant russe Alexeï Navalny quitte le centre de détention à Moscou, le 14 octobre 2018 [Vasily MAXIMOV / AFP/Archives]
Justice L'opposant Navalny finalement autorisé à quitter la Russie pour Strasbourg

Ailleurs sur le web

Derniers articles