Armes chimiques en Syrie : Damas doit laisser l'ONU enquêter

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussem, tient une conférence de presse à Varsovie, le 6 juin 2013 [Janek Skarzynski / AFP/Archives] Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussem, tient une conférence de presse à Varsovie, le 6 juin 2013 [Janek Skarzynski / AFP/Archives]

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a demandé vendredi aux autorités syriennes de laisser l'ONU enquêter sur le terrain sur l'usage d'armes chimiques alors que Washington a accusé le régime de Bachar al-Assad d'avoir eu recours à des armes chimiques.

"Il est urgent que le régime syrien laisse l'ONU enquêter sur toutes les allégations faisant état de l'usage d'armes chimiques", a affirmé M. Rasmussen à l'occasion d'une réunion au siège de l'Otan à Bruxelles avec le Premier ministre moldave, Iurie Leanca.

"La communauté internationale a clairement fait savoir que toute utilisation d'armes chimiques est totalement inacceptable et constitue une violation flagrante du droit international, a affirmé M. Rasmussen, ajoutant que cela était un motif de "grande préoccupation". Il salué la déclaration "très claire" des Etats-Unis à ce sujet.

 
 

"Quant à une solution à ce problème, je crois toujours que la bonne façon d'avancer est une solution politique", a souligné M. Rasmussen, en réitérant son appel à "toutes les parties concernées, le gouvernement et l'opposition syrienne, à assister" à la conférence internationale Genève 2.

Depuis le début du conflit syrien, l'Otan a toujours affirmé qu'elle n'avait "pas l'intention" d'intervenir, contrairement à ce qu'elle avait fait en Libye en 2011.

La Maison Blanche a déclaré jeudi que le régime syrien avait eu recours à son stock d'armes chimiques dans des attaques qui ont fait jusqu'à 150 morts, et affirmé que ce développement signifiait que des "lignes rouges" avaient été franchies. Washington a annoncé un soutien militaire, sans autres précisions, aux rebelles syriens.

Selon le renseignement américain, des armes chimiques, dont du gaz sarin, auraient été employées à échelle réduite contre l'opposition à de multiples reprises dans l'année écoulée.

Des accusations qui ne sont "pas convaincantes" pour le conseiller diplomatique du Kremlin Iouri Ouchakov. "Nous le dirons clairement: ce qui a été présenté par les Américains ne nous semble pas convaincant", a-t-il dit, ajoutant par ailleurs qu'une décision américaine d'accroître l'aide aux rebelles "compliquerait" les efforts de paix.

Face aux récentes victoires de l'armée syrienne sur les rebelles, une rencontre est prévue vendredi en Turquie entre des représentants de pays soutenant l'opposition et le chef du Conseil militaire suprême de l'armée syrienne libre, Sélim Idriss, pour discuter d'une "mise en oeuvre concrète" de l'aide à la rébellion.

À suivre aussi

Mont-de-Marsan : des avions de chasse s'entraînent à la base aérienne
Otan Mont-de-Marsan : des avions de chasse s'entraînent à la base aérienne
Donald Trump et le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, le mardi 2 avril 2019 à la Maison Blanche [Jim WATSON / AFP]
Diplomatie Trump offre un satisfecit à l'Otan pour ses 70 ans
Donald Trump lors du sommet de l'Otan à Bruxelles en 2018.
Otan Le 70e anniversaire tendu de l'Otan à Washington

Ailleurs sur le web

Derniers articles