Armes chimiques : le régime d'Assad accuse Washington de mentir

Un char de l'armée syrienne dans Qoussair en Syrie, le 7 juin 2013 [ / AFP/Archives] Un char de l'armée syrienne dans Qoussair en Syrie, le 7 juin 2013 [ / AFP/Archives]

Le régime du président syrien Bachar al-Assad, conforté par l'appui russe, a démenti vendredi les accusations des Etats-Unis sur un recours par ses troupes aux armes chimiques et a dénoncé l'intention américaine d'aider militairement les rebelles.

Le démenti syrien a suivi de peu la déclaration de Moscou, allié indéfectible du régime Assad, qui a jugé "pas convaincantes" les accusations américaines et a critiqué la décision américaine d'augmenter son aide aux insurgés.

Ces développements font de nouveau éclater au grand jour les divisions internationales sur le conflit en Syrie, pour lequel aucune solution n'est en vue malgré les violences et atrocités qui ont fait, selon l'ONU, plus de 93.000 morts depuis mars 2011.

"La Maison Blanche a fait publier un communiqué truffé de mensonges sur le recours aux armes chimiques en Syrie, en se basant sur des informations fabriquées à travers lesquelles elle a tenté de faire assumer au gouvernement syrien la responsabilité d'un tel usage", a déclaré un responsable des Affaires étrangères syriennes cité par l'agence officielle Sana.

Portrait de Bachar al-Assad à l'aéroport de Damas, le 15 mai 2013 [Joseph Eid / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Portrait de Bachar al-Assad à l'aéroport de Damas, le 15 mai 2013
 

D'après lui, ces accusations interviennent "après des rapports affirmant que les groupes terroristes armés actifs en Syrie (rebelles, ndlr) sont en possession d'armes chimiques mortelles et de la technologie nécessaire pour leur fabrication".

Franchir le pas

Le pouvoir à Damas a reconnu pour la première fois en juillet 2012 posséder des armes chimiques. Régime et rebelles se sont mutuellement accusés en mars d'avoir eu recours à ces armes, mais le régime a ensuite refusé une enquête de l'ONU sur l'ensemble du territoire.

Jeudi, les Etats-Unis ont clairement accusé le régime syrien d'avoir eu recours aux armes chimiques contre les rebelles, en faisant état de "100 à 150 morts" dans ce cadre.

Barack Obama, le 12 juin 2013 à Boston (Massachusetts) [Jim Watson / AFP]
Photo
ci-dessus
Barack Obama, le 12 juin 2013 à Boston (Massachusetts)
 

"Après un examen approfondi, la communauté du renseignement estime que le régime Assad a utilisé maintes fois des armes chimiques, dont le gaz sarin, à échelle réduite contre l'opposition dans l'année écoulée", a déclaré le conseiller adjoint de sécurité nationale du président Barack Obama, Ben Rhodes.

Selon lui, M. Obama "a affirmé que le recours à des armes chimiques changerait son équation, et c'est le cas". "Le président a augmenté l'étendue de l'aide non-létale à l'opposition civile, et autorisé l'augmentation de notre aide" à la direction des opérations militaires rebelles.

Washington s'est jusqu'à présent refusé à franchir le pas de la livraison d'armes et M. Rhodes a souligné qu'aucune décision n'avait encore été prise sur une éventuelle zone d'exclusion aérienne, réclamée par l'opposition pour contrer la force de frappe aérienne du régime.

Selon le Wall Street Journal, les responsables militaires américains ont proposé une zone d'exclusion aérienne qui couvrirait les camps d'entraînement des rebelles, s'avancerait d'environ 40 km à l'intérieur de la Syrie et serait surveillée par des avions volant en Jordanie voisine et armés de missiles air-air.

Une autre mesure proposée pour aider la rébellion prévoit la livraison de petites armes, dont des armes anti-chars, selon le New York Times.

Le président russe Vladimir Poutine dans la résidence Novo-Ogaryovo près de Moscou, le 14 juin 2013 [Yuri Kochetkov / Pool/AFP]
Photo
ci-dessus
Le président russe Vladimir Poutine dans la résidence Novo-Ogaryovo près de Moscou, le 14 juin 2013
 

Dans un communiqué de son bureau aux Etats-Unis, l'opposition syrienne a salué "l'augmentation de l'aide américaine qui comprend un soutien militaire direct".

Réponse "forte" au G8

"La décision américaine d'armer les groupes terroristes armés démontre (...) l'implication directe des Etats-Unis dans le bain de sang syrien", a insisté le responsable syrien cité par Sana. "Cela pose des questions sérieuses concernant leur bonne foi à contribuer à trouver une solution politique".

A Londres, le chef de la diplomatie William Hague a dit partager "l'analyse" américaine sur le recours du régime syrien aux armes chimiques et a souligné que le sommet du G8 lundi et mardi en Ulster, en présence de M. Obama, débattrait de "la réponse forte et déterminée" à apporter.

L'Otan et l'Union européenne ont insisté pour leur part sur l'urgence d'envoyer une mission de vérification de l'ONU en Syrie.

Dans le camp opposé, le conseiller diplomatique du Kremlin Iouri Ouchakov rejeté les accusations américaines: "Nous le dirons clairement, ce qui a été présenté par les Américains ne nous semble pas convaincant".

 
 

En Turquie, des pays pro-opposition doivent discuter avec le chef d'état-major de l'Armée syrienne libre (ASL), Sélim Idriss, d'une "mise en oeuvre concrète" de l'aide à la rébellion, une réunion annoncée avant les accusations américaines.

Et à Beyrouth, Hassan Nasrallah, le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, engagé militairement au côté du régime en Syrie, doit prononcer un discours dans l'après-midi.

Vous aimerez aussi

Photo fournie par l'agence syrienne Sana le 5 septembre 2018 de l'artillerie syrienne tirant sur des positions du groupe Etat islamique dans la province de Soueida [- / SANA/AFP/Archives]
Moyen-orient Syrie : Daesh libère six otages de Soueida, une vingtaine toujours retenus
L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura à Genève le 11 septembre 2018 [SALVATORE DI NOLFI / POOL/AFP/Archives]
démission Syrie : l'émissaire de l'ONU sur le départ, encore à Damas la semaine prochaine
Une homme roule sur une motocyclette devant un bâtiment endommagé dans la ville de Binnish, dans le nord de la province d'Idleb en Syrie, le 15 octobre 2018 [OMAR HAJ KADOUR / AFP]
Conflit Syrie : les jihadistes ignorent une échéance clé d'un accord sur Idleb

Ailleurs sur le web

Derniers articles