Iran: ouverture des bureaux de vote pour l'élection présidentielle

Affiches électorales des candidats à la présidentielle placardées le 13 juin 2013 à Téhéran [Behrouz Mehri / AFP] Affiches électorales des candidats à la présidentielle placardées le 13 juin 2013 à Téhéran [Behrouz Mehri / AFP]

Le scrutin pour l'élection présidentielle iranienne s'est ouvert vendredi à 08H00 locales (03H30 GMT), selon la télévision d'Etat.

L'élection oppose notamment Hassan Rohani, candidat unique des modérés et réformateurs, et trois conservateurs: l'ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili.

Plus de 50,5 millions d'électeurs sont appelés aux urnes et la clôture des bureaux de vote pourrait être repoussée jusqu'à minuit (19H30 GMT) selon l'affluence.

Le guide suprême de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a appelé à une participation massive tout en se gardant d'apporter publiquement son soutien à un quelconque candidat, a été l'un des premiers à voter, selon des images montrées par la télévision.

Un second tour aura lieu le 21 juin si aucun des six candidats en lice n'obtient 50,1% des voix. Les premiers résultats pourraient être annoncés samedi.

Le Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'Homme en Iran, Ahmed Shaheed, a estimé jeudi que le climat politique dans le pays ne permettait pas de qualifier les élections de "libres et équitables". Washington a pour sa part minimisé la signification du scrutin dans le dossier nucléaire, disant toutefois espérer que Téhéran serait prêt à reprendre les négociations "quel que soit le résultat".

Le président est le deuxième personnage de l'Etat selon la Constitution iranienne, les dossiers stratégiques, comme le nucléaire, étant sous l'autorité directe du guide suprême.

Vous aimerez aussi

Maghreb Manifestations en Algérie, en direct : le parti de Bouteflika dit soutenir la contestation
Les habitants ont réussi à faire reculer le dirigeant, en place depuis vingt ans, et qui briguait un cinquième mandat.
Élections En Algérie, les habitants sont sceptiques
Algérie Quel avenir pour l'Algérie après le retrait de Bouteflika ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles