Newtown : six mois après la fusillade

Des personnes participent à l'hommage aux victimes du massacre, le 14 juin 2013 à Newtown [Spencer Platt / Getty Images/AFP/Archives] Des personnes participent à l'hommage aux victimes du massacre, le 14 juin 2013 à Newtown [Spencer Platt / Getty Images/AFP/Archives]

Six mois après le massacre de 20 petits Américains dans l'école primaire de Newtown (Connecticut, nord-est), leurs parents se sont réunis vendredi pour leur rendre hommage et demander une nouvelle fois un durcissement des lois sur les armes à feu.

Des membres du groupe de pression "Maires contre les armes illégales" s'étaient joints aux familles pour cette cérémonie devant la mairie de Newtown.

Elle a commencé par une minute de silence à la mémoire des victimes, dont le souvenir a ensuite été évoqué par leurs proches, souvent très émus.

"Aucn père ne mérite de voir son enfant mourir ainsi, victime de la violence des armes. Nous pouvons prendre certaines mesures raisonnables pour que nos enfants et communautés soient plus en sécurité, et il est grand temps de les prendre", a déclaré Gilles Rousseau, qui a perdu sa fille enseignante, Lauren, dans la tuerie.

Avec les membres du groupe "Maires contre les armes illégales", une organisation qui regroupe plus de 950 maires américains, certains participants ont commencé ensuite à égréner lentement les noms de quelque 5.000 personnes tuées par des armes à feu aux Etats-Unis depuis la tragédie.

Newtown reste profondément marquée par le massacre des 20 enfants et six femmes de l'encadrement de l'école Sandy Hook le 14 décembre. Ils avaient été mitraillés dans leur classe par un jeune déséquilibré de 20 ans qui s'est ensuite suicidé.

Cecilia Floros, 10 ans, participe à l'hommage aux victimes du massacre, le 14 juin 2013 à Newtown [Spencer Platt / Getty Images/AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Cecilia Floros, 10 ans, participe à l'hommage aux victimes du massacre, le 14 juin 2013 à Newtown
 

La ville était vendredi la première étape des "Maires contre les armes illégales", groupe de pression co-fondé par le maire de New York Michael Bloomberg, pour lutter contre la violence armée.

Le groupe entend parcourir 25 Etats ces 100 prochains jours, pour dénoncer la violence et appeler le Congrès à durcir les lois sur les armes.

Certaines des familles des victimes avaient été reçues jeudi à la Maison Blanche par le président Obama, qui leur a assuré qu'il voulait continuer à se battre pour obtenir une réforme.

Après le drame de Newtown, le président avait donné l'impulsion pour un durcissement des lois fédérales, mais le Congrès s'est opposé à tout changement.

Quelques Etats ont cependant durci leurs lois, pour exiger notamment la vérification des antécédents de tous les acheteurs d'armes à feu.

Vous aimerez aussi

Faits divers Etats-Unis : une enceinte connectée pourrait résoudre un double meurtre
Arabie Saoudite Affaire Khashoggi : aucune «conclusion définitive» de Washington
Etats-Unis Californie : un nouveau bilan de 71 morts et plus de 1.000 disparus

Ailleurs sur le web

Derniers articles