L “homme à l'arrêt“, nouvelle forme de contestation pacifique à Istanbul

Un manifestant immobile le 18 juin place Taksim à Istanbul [Marco Longari / AFP] Un manifestant immobile le 18 juin place Taksim à Istanbul [Marco Longari / AFP]

Un homme se tient debout sur la place Taksim d'Istanbul. Muet, le regard fixe, il n'a pas bougé depuis des heures. Son action pacifique, sur une place interdite au rassemblement par les autorités turques, intrigue et fascine les centaines de personnes qui l'observent, lui, et la police.

Il est arrivé lundi soir à la nuit tombée et s'est planté au milieu de la place, à quelques dizaines de mètres du parc Gezi. Le parc, berceau de la contestation du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, est solidement gardé par des dizaines de policiers depuis l'opération coup de poing samedi soir des unités antiémeute qui l'ont vidé à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau de ses milliers de manifestants.

Cinq heures plus tard, l'homme est toujours là, les mains dans les poches, un sac et des bouteilles d'eau à ses pieds. Il fixe l'immense portrait du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk, accroché au sommet de l'ancien centre culturel.

La nouvelle de son action s'est propagée à grande vitesse sur les réseaux sociaux. Elle porte un nom sur Twitter, #Duranadam", "l'homme à l'arrêt". Des centaines de personnes ont afflué.

L'auteur de cette action inédite à Istanbul, qui vise à contourner l'interdiction de manifester tout en occupant la place Taksim après le coup dur porté par l'évacuation du parc Gezi, s'appelle Erdem Gunduz. Ce chorégraphe stambouliote est aidé par ses amis qui empêchent les centaines de personnes présentes de s'approcher de lui et le ravitaillent en eau.

"Nous voulons le protéger de toute provocation. Il faut qu'il soit seul au milieu de la place, sinon la police prétextera un rassemblement pour disperser tout le monde", dit Asma, une jeune femme turque qui tente de repousser la foule sur le bas côté.

Progressivement, une chaîne humaine forme un immense cercle autour de lui. Les appels à quitter la place se multiplient. Des jeunes se disputent, en désaccord sur la stratégie à adopter.

L'objectif du chorégraphe est de rester debout un mois en alternant 24 heures d'immobilité puis trois heures de repos, remplacé par un de ses amis. Son action a fait des émules: une poignée de jeunes se tiennent debout à ses côtés et fixent Atatürk.

Des chars le 17 juin 2013 place Taksim à Istanbul [BULENT KILIC / AFP Photo]
Photo
ci-dessus
Des chars le 17 juin 2013 place Taksim à Istanbul

Mais rapidement, la police en décide autrement. Des dizaines de policiers affluent sur la place. "L'homme à l'arrêt" a le temps de partir, entouré de dizaines de personnes. D'autres ont moins de chance. Une dizaine de jeunes manifestants sont interpellés par la police sous les objectifs des photographes et mis dans un bus de la police.

Après l'évacuation du parc Gezi samedi soir, des manifestants avaient indiqué qu'il faudrait désormais réfléchir à de "nouveaux moyens de manifester" son opposition au chef du gouvernement après plus de deux semaines de contestation dans le parc Gezi, sur la place Taksim, à Ankara et dans plusieurs villes de Turquie. Erdem Gunduz en a peut-être inventé une.

Vous aimerez aussi

Photo fournie par la présidence turque montrant les présidents russe Vladimir Poutine, iranien Hassan Rohani et turc Recep Tayyip Erdogan au sommet tripartite à Téhéran, le 7 septembre 2018 [- / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP]
Syrie Idleb : Erdogan appelle Moscou et Téhéran à empêcher une «catastrophe humanitaire»
Le ministre des Affaires Etrangères russe Sergei Lavrov (à droite) reçoit son homologue turc Mevlüt Cavusoglu à Moscou, le 24 août 2018 [Kirill KUDRYAVTSEV / AFP]
Syrie La Turquie met en garde Moscou contre une «catastrophe» à Idleb
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors du congrès de son parti l'AKP, le 18 août 2018 à Ankara [ADEM ALTAN / AFP/Archives]
Économie Crise financière : les Etats-Unis, la tête de Turc d'Erdogan

Ailleurs sur le web

Derniers articles