Affaire Snowden : l'avion de Morales a quitté Vienne

Le président bolivien Evo Morales s'adresse à des journalistes à l'aéroport de Schwechat, près de Vienne, le 3 juillet 2013 [Helmut Fohringer / APA/AFP] Le président bolivien Evo Morales s'adresse à des journalistes à l'aéroport de Schwechat, près de Vienne, le 3 juillet 2013 [Helmut Fohringer / APA/AFP]

L'avion du président bolivien Evo Morales, contraint de faire escale à Vienne car soupçonné de transporter l'analyste américain en fuite Edward Snowden, a quitté l'aéroport autrichien mercredi en fin de matinée, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'avion, bloqué depuis mardi soir, est reparti mercredi vers 09H45 GMT. Il doit faire escale aux îles Canaries avant de rejoindre la Bolivie, avait indiqué M. Morales à la presse avant son départ.

L'Autriche et la Bolivie ont confirmé qu'Edward Snowden, réfugié dans un aéroport de Moscou, ne se trouvait pas à bord de l'appareil, arrivé à Vienne en provenance de Moscou.

Le président bolivien Evo Morales, le président russe Vladimir Poutine et le président vénézuélien Nicolas Maduro, au Kremlin, à Moscou, le 1er juillet 2013 [Maxim Shemetov / Pool/AFP]
Photo
ci-dessus
Le président bolivien Evo Morales, le président russe Vladimir Poutine et le président vénézuélien Nicolas Maduro, au Kremlin, à Moscou, le 1er juillet 2013
 

La Bolivie a affirmé que plusieurs pays européens avaient refusé dans un premier temps que l'appareil de M. Morales traverse leur espace aérien, soupçonnant qu'Edward Snowden se trouvait à bord de l'avion présidentiel, ce qui a été démenti par La Paz et les autorités autrichiennes à l'aéroport de Vienne.

L'imbroglio diplomatique s'est produit quelques heures après que M. Morales a déclaré, en marge d'une visite à Moscou, que son pays était prêt à accueillir le fugitif recherché pour espionnage par les Etats-Unis.

 

 

À suivre aussi

Publi-rédactionnel Ischgl : l’Ibiza des neiges cultive le sens de la fête et des activités après-ski
Publi-rédactionnel On se régale à Ischgl, la station de ski autrichienne
Le dirigeant du parti conservateur autrichien (ÖVP) Sebastian Kurz lors d'une réunion publique à Baden (Autriche) le 19 septembre 2019 [JOE KLAMAR / AFP]
Europe L'Autriche aux urnes, seconde chance pour le favori Sebastian Kurz

Ailleurs sur le web

Derniers articles