Morales offrira l'asile à Snowden s'il le lui demande

Le président bolivien Evo Morales (c) entouré de son vice-président Alvaro Garcia Linera (g) et du ministre des Affaires étrangères David Choquehuanca, le 4 juillet 2013 das la ville bolivienne de Cochabamba [Jorge Bernal / AFP] Le président bolivien Evo Morales (c) entouré de son vice-président Alvaro Garcia Linera (g) et du ministre des Affaires étrangères David Choquehuanca, le 4 juillet 2013 das la ville bolivienne de Cochabamba [Jorge Bernal / AFP]

Le président bolivien, Evo Morales, a annoncé samedi qu'il offrirait l'asile politique à l'ex-consultant américain de la NSA, Edward Snowden, si celui-ci le lui demandait, lors d'un discours devant des agriculteurs à Oruro, dans le sud-ouest de la Bolivie.

"En signe de protestation, je voudrais dire aux Européens et aux Américains du nord : maintenant, nous allons accorder l'asile si cet Américain persécuté par ses compatriotes nous le demande. Nous n'avons pas peur", a assuré le président bolivien.

M. Morales a précisé qu'il était disposé à accorder l'asile "pour des raisons humanitaires aux personnes persécutées politiquement pour avoir dénoncé l'espionnage pratiqué par les Etats-Unis".

Selon le site WikiLeaks, qui soutient Edward Snowden, ce dernier a déposé des demandes d'asile auprès de 27 pays.

Le Venezuela et le Nicaragua ont déclaré vendredi être disposés à accorder l'asile à Edward Snowden bloqué depuis 14 jours dans la zone de transit d'un aéroport de Moscou.

Snowden, un ex-consultant de l'agence américaine de renseignement NSA, est recherché par la justice de son pays qui l'accuse d'espionnage pour avoir remis à la presse des informations sur un programme mondial de surveillance mis en place par Washington.

À suivre aussi

crise politique Bolivie : 5 questions qui se posent après la démission d'Evo Morales
Evo Morales, qui s'est dit menacé, était à bord d'un avion militaire mexicain dans la nuit de lundi à mardi pour rejoindre le Mexique où il a obtenu l'asile.
Politique Bolivie : Evo Morales a fui son pays pour le Mexique
Football Bolivie : quand Diego Maradona soutient Evo Morales et dénonce un «coup d’état orchestré»

Ailleurs sur le web

Derniers articles