Des commandos formés par les Américains en Syrie ?

Des rebelles syriens combattent, le 1er juillet 2013 dans un aéroport militaire à Deir Ez-Zor, dans le nord-est de la Syrie [Karam Jamal / /AFP]

Selon Le Figaro, l’attaque sanglante perpétrée mercredi par le régime de Bachar al-Assad à la Ghouta pourrait bien être la réponse du dictateur syrien à une offensive actuellement menée par deux nébuleux commandos formés par l’armée américaine.

 

Ne souhaitant ni voir son armée intervenir dans le conflit syrien, ni fournir des armes aux forces rebelles qui combattent les troupes de Bachar al-Assad, les Etats-Unis auraient opté pour un troisième recours pour tenter d’endiguer la guerre civile qui agite la Syrie depuis le printemps 2011.

Aidés par des commandos jordaniens et israéliens, des membres de la CIA formeraient depuis plusieurs mois des combattants de l’ASL (Armée syrienne libre) – principale force armée opposée au régime en place - aux méthodes de guérilla.

La formation se déroulerait dans un camp d’entraînement en Jordanie, allié des Etats-Unis au Moyen-Orient, à la frontière jordano-syrienne située à une centaine de kilomètres au sud de Damas.

Ainsi, un premier contingent de 300 hommes dans lequel pourraient figurer des membres de l’US army, se serait introduit au sein du territoire syrien le 17 août dernier. Un deuxième groupe aurait franchi à son tour la frontière deux jours plus tard.

"Leur poussée se ferait désormais sentir jusque dans la Ghouta, où les formations de l'ASL étaient déjà à l'œuvre, mais sans réellement pouvoir faire la différence aux abords de la forteresse damascène", explique David Rigoulet-Roze, chercheur à l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas), interrogé par Le Figaro.

L’opération viserait à créer une sorte de zone-tampon au sud de la Syrie où Washington et ses alliés pourraient contrôler l’espace aérien et continuer à former les combattants de l’ASL à proximité de Damas.

Selon Le Figaro, l’attaque qui aurait été perpétrée à l’arme chimique mercredi par les troupes loyalistes dans la banlieue sud-ouest de Damas qui a coûté la vie à 1.300 personnes, pourrait être la réponse de Bachar al-Assad à l’actuelle offensive menée par les deux groupes de commandos rebelles.

Toutefois, l’ensemble des spécialistes géopolitiques du Moyen-Orient ne semblent pas partager des explications non-confirmées de source officielle, bien entendu.

"On voit toutefois mal comment ils pourraient prendre les points névralgiques du régime car Damas est un véritable bunker: étant très proche de son ennemi israélien, le régime a surprotégé la ville et les installations militaires sensibles. Ce commando me semble donc peu crédible et n’expliquerait pas un éventuel usage d’armes chimiques", a notamment confié à 20minutes Frédéric Pichon, spécialiste de la Syrie et auteur notamment de "Géopolitique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord".

 

Quand Bachar al-Assad se met en scène sur Instagram

Londres penche pour une "attaque chimique du régime Assad"

L'ONU négocie pour enquêter sur l'attaque de Damas

 

 

À suivre aussi

Faits divers Seine-et-Marne : un homme abattu par un commando de faux policiers
Histoire du jour Il organise une mission commando pour sauver un chien piégé dans une crevasse
Arabie Saoudite Le commando lié à l’assassinat de Jamal Khashoggi aurait demandé une «prime de performance»

Ailleurs sur le web

Derniers articles