Frédéric Pichon : "Les chrétiens de Maaloula ont peur"

Le village de Maaloula, du temps de la paix[LOUAI BESHARA / AFP]

Le village chrétien de Maaloula, en Syrie, a été attaqué mercredi matin par des djihadistes engagés dans la rébellion. L'arrivée des violences dans ce village, l'un des derniers où l'on parle la langue du Christ, marque un nouveau tournant dans le conflit syrien.

 

Frédéric Pichon est historien et auteur de Maaloula (XIXe - XXIe siècle) - Du vieux avec du neuf - Histoire et identité d'un village chrétien de Syrie, Presses de l'IFPO, 2010. Il répond aux questions de DirectMatin.fr.

 

Le village de Maaloula avait-il été épargné par les violences depuis le début de la guerre civile ?

Maaloula est établi au pied d’un plateau qui était contrôlé jusqu’à présent par des forces rebelles modérées. Au pied du village, un poste armé gouvernemental occupé par une petite garnison en contrôlait l’accès. Il n’y avait pas eu de violences à déplorer jusque-là. L’armée et les rebelles évitaient les accrochages en vertu d’un « gentleman agreement » tacite. Mais les modérés du plateau ont été remplacés par des djihadistes extrémistes du mouvement Jabhat al-Nusra, lié à Al-Qaïda. Ce sont eux qui sont responsables des violences d’hier.

 

Que s’est-il passé mercredi matin ?

Les informations sont encore parcellaires, mais j’ai pu joindre hier soir un habitant du village qui avait encore la peur au ventre et qui a pu me détailler les faits.  A 06H00 du matin, un attentat-suicide a provoqué la mort de tous les soldats du poste de garde. Les hommes de Jabhat al-Nusra ont ensuite investi Maaloula sans rencontrer de résistance, les habitants n’étant pas armés. Ils se sont ensuite livrés à des actes d’intimidation et d’humiliation à l’égard de la population locale.

 

Pourtant, sur une vidéo postée par les djihadiste, le chef du commando semble se montrer clément...

De fait, on l’entend dire à ses hommes de ne pas brutaliser les chrétiens ou de s’en prendre à leurs biens. Sa posture renvoie au « pacte d’Omar », une attitude qui se veut protectrice à l’égard des mécréants – les « dhimmis » - en échange de leur soumission. Mais cette vidéo est une manipulation. Le témoin que j’ai eu en ligne m’a indiqué qu'une salle paroissiale a été pillée et des statues cassées. Les habitants ont été forcés de crier "Allah akbar". Finalement, l’aviation syrienne a bombardé le village, détruisant plusieurs maisons, mais chassant les hommes de Jabhat al-Nusra. Mais les villageois en sont persuadés : ils vont revenir. Les chrétiens de Maaloula ont peur.

 

Vidéo : les hommes de Jabhat al-Nusra pénètrant dans Maaloula

 

En attaquant le village de Maaloula, habité par des chrétiens, les djihadistes s’en prennent à un symbole. Pourquoi ?

Le message est transparent. Ceux qui ont attaqué Maaloula font savoir aux chrétiens de Syrie que le pouvoir ne peut plus les protéger et qu’ils ont les moyens de frapper où ils veulent et quand ils veulent. Maaloula est un lieu dont le pouvoir syrien avait fait un symbole : celui de la coexistence possible entre musulmans et chrétiens sous l’égide du régime baasiste. En témoignent les 30% de musulmans de Maaloula qui se sont montrés parfaitement solidaires de leurs amis chrétiens hier. L’attaque indique bien que les extrémistes ne veulent pas de ce modèle-là, qui – soyons honnêtes – était utilisé par le régime à des fins politiques.

 

Ce n’est pas la première fois que les djihadistes s’en prennent à la minorité chrétienne ?

Déjà en juillet dernier, ils s’étaient attaqués aux chrétiens de Wadi al-Nassara, non loin de la frontière nord du Liban. Le 14 août dernier, veille de l’Assomption, ils ont marché sur un sanctuaire marial du secteur et ont mis le feu à la colline sur laquelle il se dresse. Onze chrétiens ont été tués lors de leur raid.

 

Au-delà de la dimension humaine et culturelle, Maaloula est un joyau du patrimoine mondial. Quels sont les trésors que renferment ce village ?

Il s’agit d’un des quatre derniers villages au monde où l’on parle l’araméen qui est la langue du Christ. Par ailleurs, on considère que l’église conventuelle du couvent Saint-Serge est la plus ancienne église du monde. Les archéologues estiment qu’elle a été construite avant le concile de Nicée qui s’est tenu en 325. Le couvent abritait enfin des icônes arabes inestimables du XVIIe siècle, qui avaient été exposées à Paris en 2003. Elles ont été volées il y a quelques semaines. 

 

Les chrétiens unis contre une intervention en Syrie

Les coptes de Minya retiennent leur colère après la destruction de leurs églises par les frères musulmans

100 maisons chrétiennes brûlées au Pakistan

Nigeria : 15 chrétiens égorgés par les islamistes

 

Vous aimerez aussi

Conflit Syrie : 43 morts, en majorité des civils, dans des raids de la coalition anti-Daesh
attaque au couteau Le tueur de Melbourne voulait rejoindre l'Etat islamique en Syrie
Conflit Syrie : 22 rebelles tués dans un assaut du régime près de la province d'Idleb

Ailleurs sur le web

Derniers articles