Sans "shutdown" en 1995, pas d'affaire Lewinsky

Monica Lewinsky et le président Bill Clinton le 8 mai 1996. Monica Lewinsky et le président Bill Clinton le 8 mai 1996.[ WTN PICTURES / AFP]

Le 29 septembre, le gouvernement américain a annoncé le "shutdown". Ainsi, en attendant un accord au Congrès sur le budget, les fonctionnaires "non-essentiels" sont priés de rester chez eux. En 1995, lors du dernier "shutdown", les stagiaires étaient restés à la Maison Blanche. Parmi eux, une certaine Monica Lewinsky.

 

800.000 fonctionnaires américains sont priés de rester chez eux, faute d'accord au Congrès sur le budget américain. Cette situation, qui contraint les fonctionnaires "non-essentiels" au chômage technique, n'est pas une première. Lors de l'hiver 95-96, le "shutdown" avait duré 28 jours sous la présidence de Bill Clinton.

En 2013, la Maison Blanche est elle aussi touchée par l'impasse budgétaire. Le staff de Barack Obama est pour l'instant limité à 129 personnes. Une situation quasi identique à celle du précédent "shutdown", où l'équipe de Clinton était passée de 430 à un peu moins d'une centaine d'employés.

Et pour compenser le manque de fonctionnaires, alors qu'il ne reste plus que les hauts fonctionnaires et les stagiaires, ces derniers se sont vus attribuer des responsabilités nouvelles. Seth Masket travaillait à la Maison Blanche à l'époque. Cité par Slate.frqui reprend sa tribune dans le Pacific Standard, M. Masket se souvient : «Soudainement, les stagiaires, qui remplissaient d’habitude des tâches de bas niveau liées au café et à la photocopieuse, se sont vues placés dans des positions d’autorité considérable, et ont eu accès à des lieux (l’aile ouest de la Maison Blanche) et à des personnes (le président) auxquels elles n’avaient pas accès auparavant.»

 

Les stagiaires "promus" lors du "shutdown" de 1995

Ces circonstances nouvelles ont eu un impact qui a largement dépassé le blocage. Le 15 novembre 1995, la jeune stagiaire Monica Lewinsky rencontre ainsi le président Bill Clinton. Seth Masket affirme que ce shutdown a favorisé la "relation inappropriée" entre le chef d'Etat et la stagiaire. «Sans ce shutdown, elle (Monica Lewinsky, ndlr) n’aurait jamais échangé plus qu’une poignée de mains avec le président. » Ce qui ne fut pas le cas, Bill Clinton ayant du faire face à une procédure d'impeachment (procédure de destitution).

La situation ne se reproduira pas cette fois-ci. Barack Obama n'est pas Bill Clinton, et le porte parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a indiqué lundi 29 septembre que les stagiaires ne viendont pas travailler lors de ce "shutdown".

 

L'Amérique est à l'arrêt

Les dessous de Monica Lewinsky aux enchères

Les détails intimes sur la liaison Clinton-Lewinsky

Vous aimerez aussi

Donald Trump, le 10 avril 2019 à Crosby, au Texas  [Jim WATSON / AFP/Archives]
Etats-Unis Le transfert de clandestins dans des «villes sanctuaires» est une «option», selon la Maison Blanche
Etats-Unis Un homme tente de s'immoler par le feu devant la Maison-Blanche
Joe Biden parle aux médias le 5 avril 2019 à Washington [TASOS KATOPODIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]
Etats-Unis Joe Biden se rapproche encore plus d'une candidature à la Maison Blanche

Ailleurs sur le web

Derniers articles