Qui est Jang Song-thaek, l’oncle exécuté de Kim Jong-un ?

Jang Song-thaek emmené par des gardes à la sortie du tribunal peu avant son éxécution, le 12 décembre 2013. [Woohae Cho/AFP]

Mentor du dirigeant Kim Jong-un, longtemps considéré comme numéro deux du régime nord-coréen, Jang Song-thaek a été fusillé jeudi dernier après "avoir avoué ses complots contre l'Etat". Portrait posthume.

 

Né en 1946, Jang Song-thaek fait son entrée sur la scène politique en 1972 en épousant Kim Kyung-hui, l’unique fille de l’ancien chef d’Etat Kim Il-sung, soeur cadette de Kim Jong-il.

Nommé en 1988 directeur du département de la jeunesse après avoir y passé plusieurs années, il est élu membre du comité central en 1992. Trois ans après, il est promu vice-directeur du département de la direction du parti.

Bras droit de Kim Jong-Il après la mort du père de ce dernier en 1994, il se hisse à la tête des services de sécurité et de justice, l’un des postes les plus imposants du régime. Accusé de "factionnalisme" et d’"abus de pouvoir" en 2003, il se voit destituer de toutes ses fonctions.

Il reprend son ascension trois ans plus tard, en 2007, date à laquelle il est promu directeur du département de l’administration du comité central du parti. L’homme étend ensuite considérablement son influence après l’attaque cérébrale de Kim Jong-Il en 2008.

A la mort de ce dernier en 2011, il devient un véritable "régent" pour Kim Jong-un, nouveau leader du pays.

 

Un oncle encombrant

Selon certains analystes coréens, le jeune Kim, à peine 30 ans, aurait pris ombrage de cet oncle, pas tant à cause de sa volonté d’imposer le modèle chinois qui a causé la zizanie entre les deux caciques, mais parce qu’il représentait un éventuel danger pour son autorité absolue.

 

La tante de Kim Jong-un épargnée après l'exécution de son mari 

L'ex de Kim Jong-un fusillée pour un sex-tape? 

 

Vous aimerez aussi

Corée du Nord : spectacle géant en l’honneur du président chinois
Politique Corée du Nord : un spectacle géant en l’honneur du président chinois
Kim Jong-un s'est rendu quatre fois en Chine l'an dernier pour rencontrer Xi Jinping. Ici, en juin 2018, à Pékin.
Visite d'Etat Dénucléarisation de la Corée du Nord : Xi Jinping veut jouer les médiateurs
Kim Jong-un et Donald Trump lors de leur second sommet à Hanoï, au Vietnam, en février dernier.
Diplomatie Un an après le sommet historique de Singapour, les relations Trump-Kim dans l’impasse

Ailleurs sur le web

Derniers articles