Obama rogne les pouvoirs de la NSA

Le président Barack Obama salue les journalistes après une conférence de presse sur la réforme de la NSA à Washington le 17 janvier 2014 [Saul Loeb / AFP] Le président Barack Obama salue les journalistes après une conférence de presse sur la réforme de la NSA à Washington le 17 janvier 2014 [Saul Loeb / AFP]

Barack Obama a annoncé vendredi son intention de rogner les pouvoirs de l'agence de renseignement NSA, en réformant la collecte de données téléphoniques, sans pour autant y renoncer, et en promettant de ne plus espionner les dirigeants de pays amis.

 

"Étant donnés les pouvoirs uniques du gouvernement (américain), il n'est pas suffisant pour ses dirigeants de dire +faites-nous confiance, nous n'abusons pas des données que nous récupérons+", a concédé le président, dans un discours de près d'une heure tièdement accueilli par les défenseurs de la vie privée.

Depuis qu'Edward Snowden, ancien consultant de la NSA réfugié en Russie, a commencé à dévoiler l'été dernier l'étendue des programmes de surveillance, la Maison Blanche s'est retrouvée sur la défensive, aussi bien aux Etats-Unis que face à des dirigeants étrangers outrés d'avoir été espionnés.

Soucieux de rétablir la confiance, M. Obama a affirmé que "les critiques ont raison de dire que sans garde-fous appropriés, ce genre de programme pourrait être utilisé pour obtenir davantage de renseignements sur nos vies privées, et ouvrir la voie à des programmes de collecte plus indiscrets".

"Je pense qu'une nouvelle approche est nécessaire. C'est la raison pour laquelle je donne l'ordre d'une transition qui mettra fin à la collecte de données (...) au terme de l'article 215" du Patriot Act, ensemble de lois sur la sécurité adoptées dans la foulée des attentats du 11-Septembre, a expliqué M. Obama lors de ce discours au ministère de la Justice.

Conformément à ce texte, les opérateurs téléphoniques américains fournissent à la NSA les métadonnées de l'ensemble des appels téléphoniques passés aux Etats-Unis. Ces métadonnées sont comparables à ce qu'on trouve sur une facture téléphonique: numéro appelé, durée de l'appel, horaire. Mais elles n'incluent ni le nom de l'abonné, ni l'enregistrement des conversations.

Il a chargé le Renseignement et le ministre de la Justice de mettre au point une réforme à cet effet, sans se prononcer sur quelle entité devrait être dépositaire des informations. Les entreprises de télécommunications ont déjà fait part de leur réticence.

Capture d'écran d'une vidéo publiée par Wikileaks le 12 octobre 2013 montrant Edward Snowden à Moscou, le 9 octobre 2013 [ / Wikileaks/AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Capture d'écran d'une vidéo publiée par Wikileaks le 12 octobre 2013 montrant Edward Snowden à Moscou, le 9 octobre 2013
 

Les révélations de M. Snowden ont froissé de nombreux partenaires des Etats-Unis, notamment la France, l'Allemagne, le Brésil et le Mexique, des courroux que M. Obama s'est une nouvelle fois employé à calmer vendredi.

"A moins que notre sécurité nationale ne soit en jeu, nous n'espionnerons plus les communications des dirigeants de nos alliés proches et de nos amis", a-t-il assuré.

Il a malgré tout noté que ses services continueraient à "réunir des informations sur les intentions des gouvernements à travers le monde", comme le font tous les autres pays.

 

"Assurer la sécurité de notre population"

Il a aussi répété que les actions de M. Snowden avaient été dommageables à la sécurité des Etats-Unis, et que l'ampleur des dégâts ne serait peut-être pas évidente "avant des années".

"La défense de notre nation dépend en partie de la fidélité de ceux auxquels nous avons confié les secrets de notre pays", a fait valoir M. Obama, qui n'a pas voulu s'attarder sur les motivations ou les actions de M. Snowden.

"Si un individu opposé à la politique du gouvernement peut prendre (ces secrets) dans ses mains pour rendre publiques des informations classifiées, alors nous ne serons jamais capables d'assurer la sécurité de notre population ou de conduire une politique étrangère", a insisté le président américain.

 

Les défenseurs de la vie privée dubitatifs

Des organisations de défense de la vie privée ont pointé les insuffisances à leurs yeux de ces mesures. "Il y a encore beaucoup à faire" pour réformer la NSA, a ainsi affirmé la responsable juridique de l'Electronic Frontier Foundation (EFF), Cindy Cohn.

De son côté, le fondateur du site Wikileaks Julian Assange a estimé que "c'est embarrassant pour un chef d'Etat de parler comme ça pendant 45 minutes et de ne presque rien dire". "Malheureusement, aujourd'hui nous voyons très peu de réformes concrètes", a-t-il ajouté sur CNN.

Et le sénateur du Kentucky Rand Paul, champion des libertés individuelles, a déploré une réforme à son sens de façade, où l'Etat peut toujours espionner les Américains. "Il ne faut pas que les Américains s'attendent à ce que le renard surveille le poulailler", a-t-il prévenu.

 



Espionnage de la NSA : comprendre le scandale Prism

Ces dossiers qui ont affaibli Barack Obama en 2013

La NSA proche de crée une machine à décrypter universelle

Les services secrets britanniques ont-ils espionné le G20 ?

À suivre aussi

Installés près de la Maison Blanche, les dispositifs de surveillance miniatures pouvaient notamment capter le contenu des appels des téléphones portables.
Etats-Unis Israël accusé d'avoir placé du matériel d'espionnage près de la Maison Blanche
Les services de renseignements chinois, un employeur pas comme les autres
Espionnage Comment la Chine utilise LinkedIn pour recruter ses espions à l'étranger
La ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, à Sydney le 4 août 2019 [Saeed KHAN / AFP/Archives]
Diplomatie Un universitaire Australien arrêté en Chine pour «espionnage», Canberra s'inquiète

Ailleurs sur le web

Derniers articles