Une fugitive de l'ETA arrêtée à Madrid

L'aéroport Adolfo-Suarez de Madrid-Barajas [Pierre-Philippe Marcou, Pierre-Philippe Marcou / AFP/Archives] L'aéroport Adolfo-Suarez de Madrid-Barajas [Pierre-Philippe Marcou, Pierre-Philippe Marcou / AFP/Archives]

La police espagnole a arrêté dimanche une femme membre du groupe séparatiste basque ETA, notamment d'une unité ayant tué plusieurs officiers de police dans les années 80, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Maria Jesus Elorza Zubizarreta, âgée de 66 ans, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen émis par la France en 2006, a été arrêtée par la police à l'aéroport Adolfo-Suarez de Madrid-Barajas, selon le communiqué du ministère.

Egalement connue sous son pseudonyme de "Karakate", Zubizarreta était membre de l'unité Donosti de l'ETA, "responsable du meurtre de plusieurs officiers de police dans les années 1980" dans la province basque de Guipuscoa, précise le communiqué.

Elle avait fui en France en 1984, y rejoignant les structures clandestines de l'ETA.

"Au milieu des années 1990, elle a participé à la confection d'engins explosifs artisanaux de l'organisation terroriste sous les ordres de Julian Achurra Egurrola, alias 'Pototo'", chef de l'appareil logistique de l'ETA, ajoute le communiqué.

L'ETA, rendu responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre, classé organisation terroriste par les Etats-Unis et l'Union européenne, avait annoncé le 20 octobre 2011 qu'il mettait définitivement fin à la violence.

Très affaibli, le groupe refuse néanmoins de se dissoudre et de rendre les armes, ce qu'exigent la France et l'Espagne, et demande des négociations sur le sort des prisonniers de l'ETA et de ses membres vivant encore dans la clandestinité.

À suivre aussi

People La photo de Felicity Huffman, l'ex-star de «Desperate Housewives», en prison fait réagir les internautes
Justice Un informaticien condamné pour avoir piraté la billetterie du Hellfest pour être sûr d'avoir un billet
Justice La «démembreuse du Canal du Midi» jugée à partir de lundi pour avoir coupé en morceaux sa collègue de bureau

Ailleurs sur le web

Derniers articles