#GazaUnderAttack : les fausses images des frappes israéliennes

Photo prise depuis la frontière israélienne avec Gaza durant une frappe aérienne israélienne sur l'enclave palestinienne le 8 juillet 2014 [Jack Guez / AFP]

Sur Twitter, le hashtag "GazaUnderAttack" draîne d'innombrables photos et commentaires, repris en boucle sur les réseaux sociaux, pour démontrer la violence des frappes entreprises par Israël sur la bande de Gaza. Sauf que des expertises rapides révèle qu'il s'agit bien souvent d'une intox.

 

Des déluges de feu qui s'abattent dans les rues de Gaza, des visages tuméfiés, des parents effondrés sur le cadavre de leurs enfants. Les photos véhiculées sur les réseaux sociaux tendant à étayer l'idée d'une frappe massive et aveugle des chasseurs-bombardiers de Tsahal sur les populations civiles de Gaza.

Si la riposte de l'armée israélienne aux roquettes tirées sur le sud du pays est assurément vigoureuse, il demeure néanmoins nécessaire de s'assurer de la véracité des images diffusées par les défenseurs de la cause palestinienne.

 

 

Ainsi, sur la composition ci-dessus, massivement relayée sur les réseaux sociaux, au moins trois photos sur quatre sont détournées pour les besoins de la propagande.

Les deux photos supérieures n'ont pas été prises sur la bande de Gaza. La fillette, terriblement défigurée sur la droite, a été photographiée à Alep le 25 juin 2014 par un journaliste de l'AFP après un bombardement imputé aux forces syriennes loyalistes.

Quant à la photo de gauche, qui représente une femme prostrée sur la dépouille d'un enfant qui est sans doute son fils, elle a été prise le 16 septembre 2007 à Bagdad par Adem Hadei et a même reçu une distinction lors du concours "Pictures of the Year International".

 

Des outils pour vérifier

L'insoutanable photo des restes calcinés d'un enfant a probablement été pris sur les territoires palestiniens au regard du logo qui figure sur la combinaison d'un des secouristes, celui du Croissant Rouge Palestinien (Attention : contenu difficilement soutenable). Mais on retrouve des traces de cette photo dès 2009 sur le web : elle n'a donc pas été prise à l'occasion des frappes récentes.

Difficile de séparer l'ivraie des clichés authentiques et récents. De nouvelles ressources existent cependant sur le net qui permettent de sourcer rapidement l'origine d'une photo et de s'assurer de sa partinence. Le site TinEye, par exemple, offre une solution rapide pour vérifier si l'on fait face à une "intox" ou non.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles