Sommet Etats-Unis/Afrique: Kerry vante la démocratie et les droits de l'homme

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'exprime en marge du sommet Etats-Unis-Afrique, le 4 août 2014 à Washington D.C. [Jewel Samad / AFP] Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'exprime en marge du sommet Etats-Unis-Afrique, le 4 août 2014 à Washington D.C. [Jewel Samad / AFP]

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a vanté lundi les valeurs démocratiques et les droits de l'homme au premier jour d'un sommet sans précédent entre les Etats-Unis et l'Afrique centré sur la coopération économique.

Le président Barack Obama et son gouvernement accueillent pendant trois jours une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement africains, dont plusieurs foulent le tapis rouge de Washington malgré de mauvais bilans en matière de droits de l'homme.

"Une société civile forte, le respect pour la démocratie, l'Etat de droit et les droits de l'homme, ce ne sont pas seulement des valeurs américaines, ce sont des valeurs universelles", a martelé le chef de la diplomatie américaine devant un parterre d'acteurs africains de la société civile.

Citant une nouvelle fois l'exemple de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, John Kerry a affirmé que la plupart des peuples d'Afrique étaient favorables à une limitation à deux mandats pour leurs dirigeants.

"Nous presserons les dirigeants de ne pas modifier les constitutions pour leurs bénéfices personnels ou politiques", a dit M. Kerry, sans désigner quelqu'un en particulier.

Il a rencontré dans la matinée le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila à qui il avait déjà demandé directement, en mai en visite à Kinshasa, de respecter la limite à deux mandats imposée par la loi fondamentale congolaise, dans la perspective des élections de 2016.

Mais le secrétaire d'Etat n'a pas évoqué les cas de la Guinée équatoriale, du Rwanda, de l'Ouganda, de l'Angola ou du Cameroun et de leurs indéboulonnables présidents Teodoro Obiang Nguema, Paul Kagame, Yoweri Museveni, Eduardo dos Santos et Paul Biya.

Le secrétaire d'Etat a également promis que les Etats-Unis continueraient à défendre "la liberté de la presse, y compris pour des journalistes poursuivis pour terrorisme ou emprisonnés pour des raisons arbitraires".

Une allusion peut-être au sort en Egypte de journalistes de la télévision Al-Jazeeea, dont l'Australien Peter Greste, condamnés à entre sept et dix ans de prison après avoir été déclarés coupables de soutenir les Frères musulmans.

Le nouveau président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ne s'est pas rendu à Washington, mais le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a fait le voyage. Les Etats-Unis et l'Ethiopie coopèrent pour la sécurité de la région, notamment en Somalie.

Vous aimerez aussi

Le président argentin Mauricio Macri (G) accueille la présidente du FMI Christine Lagarde, le 20 juillet 2018 à Buenos Aires  [HO / Présidence argentine/AFP]
Diplomatie G20 : protectionnisme américain, tensions monétaires et Iran au menu
Le président russe Vladimir Poutine intervient devant les ambassadeurs de Russie réunis à Moscou, le 19 juillet 2018 [SERGEI KARPUKHIN / POOL/AFP]
Russie Poutine dénonce des «forces» aux Etats-Unis «prêtes à sacrifier» les relations avec Moscou
Un soldat turc en faction devant l'entrée du tribunal d'Aliaga dans l'ouest de la Turquie, durant le procès du pasteur américain Andrew Brunson le 18 juillet 2018 [OZAN KOSE / AFP]
Diplomatie La Turquie maintient en détention le pasteur américain Brunson

Ailleurs sur le web

Derniers articles